Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Tribulations de Cricri le Cyclo

TRIRHENA - Hervafaing - Kingersheim : L'apothéose ?

9 Août 2014 , Rédigé par Cricri le cyclo Publié dans #Cyclotourisme, #cols, #Trirhena

6h15 en ce samedi matin. J'ouvre les yeux...

Les filles sont parties... Remplacées par une équipe de garçons (désolé les gars je n'ai pas retenu vos noms) tous aussi sympathique les uns que les autres... C'est en regardant l'heure que je m'aperçois que j'ai du dormir 1h15 et que je suis en pleine forme même si au réveil, je tremble et je claque des dents... Malgré la pluie qui tombe à seaux, il ne fait pourtant pas très froid...

Un gars est à allongé sur le lit à ma gauche avec un masque sur les yeux... Je ne le reconnais pas :-( Par contre à ma droite, je reconnais immédiatement ce visage d'une personne calme et posée :D

Valex, sans doute réveillé par le bruit de mes chuchottements avec les bénévoles se réveille aussi. Comme nous avons préparé les vélos en arrivant il n'y a plus qu'à déjeuner et à repartir.

Alain SAVEY lui est reparti vers 6h30... Nous sommes prêts vers 6h40, quand je m'aperçois au moment de repartir que mon pneu avant est à plat... Du moins bien dégonflé. Changement express de la chambre à air par Valex, gonflage grâce à une pompe à pieds de l'équipe de bénévoles... A la fin du gonflage, le gars avec un masque sur les yeux se réveille... C'est Alain BERRUX... Je ne l'avais pas reconnu... Il veut repartir avec nous. Il me demande 1' pour partir, et je lui dis non car je comprends 10'... Bref, échange un peu tendu... Quand je propose à Alain le Road-Book de Valex, il refuse. La fatigue met les nerfs à fleurs de peau... c'est bien compréhensible...

Nous repartons donc chacun de notre côté... Valex et moi d'un côté, Alain de l'autre... De toute façon nous devons nous coltiner une bonne quinzaine de kilomètres de montée donc nous irons chacun à notre rythme...

Le premier col, le Col de Surceneux (FR-88-0810) est passé sans encombre. Je suis surpris du peu de mal aux jambes que j'ai au redémarrage. A croire que l'entrainement de la saison a finalement bien porté ces fruits.

Juste après le passage de ce col, la pluie va se mettre à tomber... Une bonne pluie qui mouille... fort... pendant 2 heures environ. Ne nous plaignons pas, avec le grain essuyé au Mont Crozin, ce sera les seuls moments de pluie du brevet.

Donc pas de photos pendant un moment...

Nous longeons le Lac de Longemet pour atteindre le Col des Feignes sous Vologne (FR-88-0954a) puis le Col de la Grande Basse (FR-88-0990). C'est ensuite la grande descente sur La Bresse ou il continue de pleuvoir... Je suis venu ici pour mes 30 ans, en 2000 et il pleuvait déjà... A croire qu'il ne fait que ce temps ici :D

Nous sommes surpris de croiser Alain B. en sens inverse de ce que nous descendons. Alain nous a passé dans la montée et crois s'être trompé donc remonte la route en sens inverse. Je comprendrai pourquoi quelques centaines de mètres plus loin. Nous suivons scrupuleusement la trace qui nous faire descendre dans le centre de la Bresse puis remonter par un bon gros raidar, certes pas très long...

Nous repartons vers une série de bosses jamais très difficiles... Nous passons le Col de la Croix des Moinats (FR-88-0890) alors que la pluie vient de cesser... Le ciel reste encore sacrément plombé.

Au fur et à mesure que nous avançons, le ciel se dégage. Ainsi, après Remiremont, nous avons même retrouvé le soleil pour passer un col au nom rigolo : Le col du Peutet (FR-88-0640) : cela me permet un jeu de mot vaseux... Peutet' qu'on va arriver dans les temps, peutet' pas :D

Passage du col quelques centaines de mètres après le Hameau. Nous en sommes presque à 850km de rando... Les jambes sont vraiment toujours super bonnes... Donc on continue... J'ai une pensée dans ce CR pour Guillaume SIUDA qui a du jeter l'éponde à Remiremont (km 841) pour cause de tendinite... Grosse pensée parce que si près de l'arrivée ça a du être compliqué...

Il est 11h26 lorsque nous pointons à Fougerolles. Nous décidons de nous arrêter manger, mais pas dans un restau. On trouve une boulangerie, des sandwichs, des patisseries, du salé... N'importe quoi qui nous alimente et qui permet de repartir vite... Lors de cette pause repas, nous retrouvons Alain Savey. Nous terminons cette pause repas dans un bar pour le café... et l'utilisation des toilettes...

Nous repartons après 35' de pause, plein de sérénité... Le prochain contrôle est le dernier avant l'arrivée... Préparez nous donc le ballon d'Alsace... Nous sommes repartis ensemble avec Valex et Alain Savey. En toute logique, Alain se retrouve vite devant...

Vous voyez ma tête après près de 900kms de route... J'ai l'air fatigué ? Non simplement heureux de profiter du temps présent et de pouvoir tenir 2 voeux...

Après tant de kilomètres on commence à délirer... Envie d'aller voir la mer... C'est loin!!! Non 5 kilomètres :D

Valex ayant des soucis avec son étrier de frein avant, je continue tranquillou pendant qu'il cherche s'il y a un vrai soucis... De ce fait, nous nous trouvons encore une fois séparé, mais maintenant habitué... Je roule tranquillou, rejoins Alain Savey un moment qui m'indique qu'on emprunte en ce moment une partie des routes du REV... Puis je laisse aller Alain devant, conscient qu'en roulant avec lui, Valex aura plus de mal à me rattraper...

En attendant, je tue le temps... Je peux aller jouer à la Beulotte :) ou s'il Faucogney ;-)

Je ne suis pas un violent... Donc à gauche...

Je n'ai pas noté l'heure de notre séparation mais je commence à m'inquiéter... Aucun cyclo à l'horizon. Alors quand une voiture se présente je l'arrête :

- Moi : "Vous n'auriez pas vu un cyclo avec le même maillot que moi ?"

- La Dame : "Si, je crois, enfin vous voulez dire un Monsieur d'un certain âge ?"

- Moi : J'éclate de rire.... Puis demande s'il est loin... Elle me répond que non, 1km environ... Le problème des automobilistes est qu'ils n'ont pas forcément le compas dans l'oeil... En fait, il va mettre encore beaucoup de temps à combler ce soit-disant kilomètre...

Il me rejoint un peu avant le col des Croix (FR-70-0679) que nous passons alors ensemble avant de plonger sur le Thillot où nous prenons la piste cyclable longeant la N66...

Nous nous présentons à 2 au pied du ballon d'Alsace... 9 kilomètres à 7% de moyenne, très réguliers.

Valex prend souvent l'habitude de donner le rythme dans la montée en s'accordant sur mes possibilités... Sauf que là, je lui demande d'être seul, de monter 50m devant moi... En bon gars, il s'exécute sans poser de question.

Séquence émotion à cet instant : nous savons que nous serons des finishers (finisher = arrivée avant 90h) de cette extrêment belle rando. Nous commençons à pleurer chacun dans notre coin... L'émotion est immense. Nous commençons à comprendre que nous sommes en train de terminer quelque chose de très fort...

Ca y est, c'est fait, le dernier col de cette balade est atteint. Le Col du Ballon d'Alsace (FR-88-1171). Il est 16h23. En posant mon vélo, je dis sobrement à Valex qu'on ne finira pas dans les délais mais que ce n'est pas grave. Je suis heureux de ce qu'on a fait.

De ce fait, je prends mon temps pour aller templir nos gourdes, non pas dans le bistrot en face qui ne semble pas apprécier ma demande, mais sous l'office du tourisme...

Au moment de repartir, je m'aperçois que mon pneu avant est dégonflé... Toujours les stigmates de la crevaison de la piste cyclable... Valex s'y colle, sans rien dire... Dans ma tête qu'on soit hors délai de 15 ou 20 minutes de plus ne change rien...

 

Nous voilà maintenant repartis tranquillement... On va même arriver avant la nuit ce qui est cool.

Pas de photo dans la descente car effectuée à un très bon rythme pour moi... Bien mieux que la descente sur La Bresse de ce matin, effectuée sous la flotte...

Après Giromagny, nous continuons vers Rougemont. Un coup d'oeil sur mon compteur... Un coup d'oeil sur le GPS qui donne l'heure... NON!!! Ce n'est pas possible... Je refais le calcul et me tourne vers Valex... "Tu sais qui si on roule à 22/23 km/h jusqu'à l'arrivée on est dans les délais ???"... Et là il a une remarque désarmante... "Oui, je le sais depuis un moment"... Heureusement que je n'ai pas su ça avant la descente car j'aurai probablement pris des risques inutiles...

Alors comme il reste 50 kilomètres, nous adoptons l'attitude du train. Je me mets devant grand plateau en donnant un rythme soutenu sans être dans le rouge histoire de gagner du temps sur l'horloge... J'ai toujours en tête que mon pneu avant est âbimé et qu'il peut crever à tout moment...

Les kilomètres passent... L'heure d'arrivée estimée passe de 20h00 à 19h55, 19h50, 19h45... Quand on repasse devant notre camping à Heimsbrumm, il reste 16 bornes... Nous gardons une prudence de sioux histoire de ne pas se mettre en l'air maintenant... Les 2 mains sur le guidon...

L'arrivée dans la zone industrielle autour de Kingesheim parait durer des lustres... A 5 kilomètres de l'arrivée, nous nous permettons cette fantaisie... Bon sang que ça va être bon. Valex se paie même le luxe d'appeler Brigitte.. Quand il me la passe, je ne peux quasiment pas parler tellement j'ai de sanglots dans la voix...

Je pleure maintenant presque en continue... C'est aujourd'hui les 50 ans de Valex et je suis fier de lui faire ce cadeau... Je réalise aussi une promesse que je m'étais faite en l'honneur de mon Chef, Hervé, décédé le 6 Juillet... Aller au bout... me battre... lui faire honneur. Hervé, je crois que c'est fait.

3 kilomètres, 2 kilomètres, on arrive dans la zone... 1 kilomètre, on tourne, on vire, on voit la salle Fernand Anna qui va nous servir de dortoir. Encore 100m, on tourne à gauche...

Au bout de la rue, nous apercevons les bénévoles du CCK, les copains, qui hurlent, qui applaudissent... Grand moment d'émotion même au moment d'écrire ces lignes... Nous arrivons main dans la main avec Valex... Rendez-vous compte même pas hors délai... Même avec 25' d'avance sur le temps maximum alloué....

Ce sont ensuite les embrassades... Gilllou vient vers moi tout de suite. Je crois qu'il est aussi ému que moi...

Celle là, pleine de symbole... MERCI VANESSA...

Et enfin Pascal... Quel Bonheur... MAGNIFIQUE... Les mots me manquent pour décrire l'indescriptible...

Mon ami Valex lui aussi tout ému avec en arrière plan l'ami Alain Savey arrivé quelques minutes avant nous...

Cette photo est symbolique... Une journée commencée sous la pression alain Alain Berrux et qui se termine en la buvant ENSEMBLE....

 

Voilà, c'est un rêve qui devient réalité. Je n'ai jamais douté de terminer un 1000km "normal". Dans celui-ci, montagneux, j'espérais finir... Mais finir dans les délais aura été une de mes plus fortes expériences cyclotouristes avec mon premier PBP...

Je termine ce reportage en rendant hommage à Michele ROTA, cyclo italien, arrivé 2 heures après nous environ et qui a eu droit à la même ferveur lors de son arrivée... ET CA CA NE S'OUBLIE PAS

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

cestdurlevelo 18/01/2016 14:59

Just magnifique... je relis tout ça en cette froide journée de janvier 2016... et je me dis que vous avez vraiment fait une rando de OUF. A côté de ça, le PBP ne me fait qu'à moitié envie, honnêtement. Ce côté montagneux, de paysages qui changent, les traversées de frontières.... ça fait tellement envie. Qui sait... si on a le droit de rêver et que ça coute rien de se dire "et si (...)", et ben j'irai peut être le faire en 2017 ;)

bosses21 27/08/2014 12:10

ENNNNOOOOOORMMEEEE ! Un récit magnifique, de l'émotion, une plongée incroyable au coeur d'un immense défi (17000 m de D+ en moins de 3 jours, j'hallucine !) et en plus, tu as pris le temps de prendre des photos ! BRAVO à toi, Valex et tous les participants.

Cricri le cyclo 27/08/2014 13:33

Merci Joris...

Ma passion c'est le cyclotourisme longue distance... Alors il faut bien que je puisse prendre des photos pour pouvoir en profiter (et faire profiter) après coup...

Manu 18/08/2014 18:29

Superbe Christophe !! et Valex !!
Je viens de découvrir le récit et chapeau pour cette gestion d'un tel parcours...Et que ça donne envie d'y aller.
Une organisation aux petits oignons, des cyclos qui en ont plein les jambes, tout ce qu'il faut pour être heureux sur le vélo . BRAVO.

Cricri le cyclo 20/08/2014 05:49

si ça donne envie d'y aller, sache que c'est en plus très en dessous de la réalité. Le prochain est en 2016 normalement... Alors sache le et prépare toi :D

cyclopatrak 16/08/2014 18:43

J'ai lu tous les épisodes avec avidité et envie. Chapeau bas pour la ballade (!!!) et le récit. Merci de nous faire rêver.

Cricri le cyclo 16/08/2014 18:46

merci... Du rêve à la réalité il n'y a qu'un pas... Un peu d'entrainement, beaucoup d'envie et un mental à toute épreuve

l'ange blanc (gil) 16/08/2014 17:10

je viens de lire d'un coup les 8 chapitres de cette extraordinaire aventure et ce dernier m'a même fait monter les larmes aux yeux de voir votre émotion à toi et Valex à l'arrivée avec les bravos de tous ces bénévoles géniaux qui sans doute ont réservé le même accueil du premier au dernier concurrent je suppose. Bravo à toi, à Valex et à tous ceux qui ont participaient à cette sublime aventure que ça soit à vélo ou en bénévole. Tu dois être fier d'avoir rempli ton "contrat" et tes 2 voeux.

Cricri le cyclo 16/08/2014 17:13

bien oui Gil, je suis content d'avoir rempli mes contrats... Cette rando elle va vraiment être recommandée à tous ceux qui aime le long et le bosselé car elle mérite d'être connue

bruno 16/08/2014 16:46

C'est encore plus stressant de vous suivre sur le live ne sachant pas ou vous êtes.
Heureusement que vous êtes arrivés avant la nuit car une nouvelle nuit dehors cela aurait fait beaucoup pour la personne âgée :)
Un grand bravo à vous 2 et à tous les autres Finishers

Cricri le cyclo 16/08/2014 17:12

merci... Oui cela aurait fait beaucoup pour lui... mais il aurait continuer quand même ;-)

Jeff 15/08/2014 23:35

BRAVO, tu m'as mis les larmes aux yeux

G40 15/08/2014 09:26

Superbe, magnifique, émouvant. J'en ai des frissons et des larmes à lire ce récit. Je suis fier de vous les copains ! C'est juste génial et énorme. Quand j'ai bouclé mon AVM dans les temps, j'ai appelé ma femme pour lui dire que c'était fini et là, sans rien contrôler les larmes étaient venus. Donc, je comprend bien ce que tu as écrit.

Cricri le cyclo 15/08/2014 20:02

il ne faut rien exagérer. On a fait du vélo comme toi, comme d'autre.. Un poil plus en quantité que la normale... Mais ce que j'aime dans ce monde, c'est qu'on rencontre des gens, pas des stars... Des gens comme toi et moi...

ZAMMIT 15/08/2014 17:58

B R A V O !! à toi, à tous les participants et aux bénévoles, un grand moment d'émotion pour toi et les lecteurs ! je ne comprends pas qu'il n'y ai pas eu un reportage à la télé, ah ça du foot de merde on en voit !
tu es passé au rang de "super Dieu" tu devrais être canonisé !

Cricri le cyclo 15/08/2014 12:14

Merci Hervé. Oui tu as raison pour l'avm : si un jour il m'arrivait de la boucler le jour de l'ardéchoise, dans les temps, je crois que j'aurais la même réaction

Rémi 14/08/2014 22:09

Alors là les gars, bravo!!!! j'étais scotché en lisant les uns après les autres les épisodes palpitants de cette très très belle aventure! merci pour ce super cr !

Cricri le cyclo 15/08/2014 05:31

Et oui Rémi... Souviens toi du 600 : c'est finalement un tout petit avant goût...

Olive 14/08/2014 21:59

Le prochain Paris Brest Paris va te sembler bien plat et facile par rapport à ce gros chantier !
Félicitations à toute l'équipe , aux participants et bénévoles .
Tu as perdu un peu du poids pendant ce séjour en Alsace ? Un plaisir de te lire , merci .

Cricri le cyclo 15/08/2014 05:30

Le PBP sera différent effectivement. Le risque est de le prendre par dessus la jambe... Il ne faut pas se croire arrivé... Tu aurais aimé ce parcours je pense
Pour le poids, le pire c'est que c'est même pas sûr...

David 14/08/2014 19:58

Où l'on apprend qu'en plus de ne pas avoir envie de dormir pendant trois jours, tu n'avais pas mal aux jambes non plus ! En fait tu avais mal aux jambes, mais ta tête a considéré que ça n'avait aucune importance... A aucun moment tu n'écris que c'était dur, et je le comprends, et je comprends aussi que c'est la clé de ta réussite.
Chapeau à toi et au monsieur d'un certain âge (!) qui t'accompagnait. Vous avez géré ça comme des champions. Une grande leçon de cyclisme longue distance, après avoir lu cela on a tous envie d'appliquer la même recette et de vivre les mêmes émotions. Comme lorsque j'ai lu les premiers récits de 300, de 400, de 600 (les tiens !), mais cette fois-ci tu mets la barre vraiment haut.
C'est énorme ce que tu ajoutes là à ton palmarès. 17000 mètres de dénivelé d'un coup, dans les délais, sans avoir un profil de grimpeur... Après ça, plus personne n'a le droit de décliner une participation à un BRM sous prétexte qu'il y a trop de dénivelé.
Merci pour ce superbe compte-rendu, qui retranscrit bien les sensations et les émotions, en plus d'avoir pris le temps pendant la randonnée de prendre un sacré paquet de photos.
Bonne récupération, car je suppose qu'une telle épreuve doit laisser une grande fatigue pendant un certain temps...

Cricri le cyclo 14/08/2014 20:15

merci david. En fait pour la difficulté, je m'en était tellement fait un monstre que j'ai avalé ce qui venait en me disant que c'était ça de moins. Pour le D+ on a probablement plutôt 15800, mon Polar donnant lui 16540... mais à la limite peu importe. Je confirme pour la fatigue, car ça fait 1 semaine que je récupère et j'ai encore quelque ressenti au niveau des jambes et je dors comme un bébé :D

franco 14/08/2014 19:10

qu'est ce qu'il est beau ce CR sans doute l'un des plus beau et des plus émouvant que j'ai lu ,j'ai tout dit ou presque sur votre exploit ,encore un gros bravo et merci pour tout ça

Cricri le cyclo 14/08/2014 19:33

tu vois ce que tu as raté ? :D

Brigitte 14/08/2014 19:09

Et ça fait encore pleurer en le lisant .... fabuleuse aventure ...

Cricri le cyclo 14/08/2014 19:32

ah oui.. Fabuleuse tu peux le dire

Jean-Pierre 14/08/2014 18:23

Tout simplement magnifique et sublime
BRAVISSIMO
Rien à dire d'autre

Cricri le cyclo 14/08/2014 18:35

et bien tout simplement parce que je n'y ait pas fait attention. Ni sur le moment, si pendant la rédaction... Comme quoi le vélo ça fatigue :D

Jean-Pierre 14/08/2014 18:32

Juste une chose tu n'as fait aucune allusion quand on avez grimpé le col de Surceneux
;-)

Cricri le cyclo 14/08/2014 18:24

une vraie fierté

mann 14/08/2014 18:13

Bravo à toi et Valex fallait le faire ce truc......................
Super ton compte rendu............

manala

Cricri le cyclo 14/08/2014 18:15

Merci à toi manala... Toi et tous les bénévoles vous nous avez permis de vivre un vrai rêve. Je ne le dirai jamais assez