Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Tribulations de Cricri le Cyclo

TRIRHENA - Kingersheim - Mont Chasseral

7 Août 2014 , Rédigé par Cricri le cyclo Publié dans #Cyclotourisme, #Trirhena, #cols, #sortielongue

Nous voilà enfin libérés. La tension qui m'habitait depuis plusieurs heures s'envole. Il faut néanmoins veiller à ne pas tomber dans l'autre extrême à savoir rouler comme un fou. Le fait d'être encadrés pendant les 17 premiers kilomètres par le CCK permet justement de rentrer doucement et de manière sécurisée dans la randonnée.

La météo n'est pas au grand beau durant ces premiers kilomètres effectués sur du plat, mais au moins il ne pleut pas, il n'y a pas de vent, et la température est très correcte.

Au bout de 9 kilomètres, un premier incident survient. Jaky (du CCK) qui roule devant moi, perd sa sacoche de selle en passant sur un ralentisseur. Attache cassée. La rando commence mal pour lui. Heureusement, en tombant, la sacoche n'a fait chuter personne. Ouf.

Nicolas, seul vélo couché engagé sur ce Trirhena est un dur au mal et un courageux. Il a déjà terminé le 1000 du Sud ce qui n'est pas rien... Et Nicolas a le sourire. Oui ça va grimper... ET alors ? :-)

A peine avons nous passé le camping où nous avons dormi hier, que j'entends un drôle de bruit à l'arrière de mon vélo. Je mets bien 15 secondes à en identifier la cause. Un des feu arrière fixé sur les haubans vient de glisser le long du hauban... Obligé de m'arrêter. Du coup, on perd le peloton que l'on ne reverra évidemment jamais. Un mal pour un bien ? Possible. Car sur ce début assez plat, il est tentant de vouloir rouler vite... En repartant, 500m après je vois Pierre et Bruno arrêtés. J'ai l'impression qu'ils m'attendent mais quand je passe Bruno ne repars pas... Lui avait aussi un problème mais d'électronique... La carte SD du GPS avait bougé et le GPS n'affichait plus le fond de carte.

L'ami Bruno a revêti son maillot fétiche de LEL 2013...

Pierre et Valex en mode rando du dimanche. C'est exactement ce qu'il faut pour tenter d'aller au bout.

Au kilimoètre 29, nous arrivons à Hagenbach. Le Road Book détaillé nous indique de prendre la piste cyclable après le 2° pont jaune... Le tuto vidéo nous le montrait aussi. Néanmoins, Valex qui possède un GPS en mode SUIVI DE TRACE veut nous faire tourner avant :D. Nous prenons néanmoins le même chemin. J'ai cet avantage : mon eTrex Vista hCx ne fonctionne pas en mode suivi de trace de manière automatique. Cela signifie que la trace s'affiche, et que je la suis. Si je m'en écarte, malheuseuement il ne me prévient pas. Néanmoins, dans ces parties "techniques" le mode routage du GPS peut laisser à désirer... et quand on ne l'utilise pas on n'est pas embêté :D

Pour répondre à une question que personne n'a posé (hihi), si je me place en tête de groupe il y a une raison : Je ne cherche pas à me montrer en étant devant à tout prix. Néanmoins, en étant devant je roule à mon rythme sans subir les accélérations et freinage et celui qui est devant. De plus, quand on roule en peloton comme cela, je me dis que je risque moins la chute. Je suis conscient que j'y laisse de l'énergie mais nous ne sommes pas en course.

Sur cette voie verte, nous sommes rejoints par le groupe parti 10 minutes après nous (il y a eu 2 départs de 25 coureurs environ à 10 minutes d'intervalle) où se trouve les TRES costauds dont Michel AUBRIOT ici et les 2 autrichiens qui termineront en 54h...

Tout ce petit beau monde passé, je repars à mes considérations bucoliques. Profiter des paysages que va nous offrir cette belle balade. Nous sommes ici pas loin de la fin de la voie verte...

... juste avant d'entrer dans Dannemarie.

Sur la piste de La Largue nous rattrapons Pascal BACHELARD, grand cyclotouriste, avec un palmares de longue distance énorme.

Pascal roule en compagnie du breton Rolland Guillon. Rolland so'ccupe de la mise à jour des tableaux du Dodecaudax et fait partie des Rubancs Blancs (Cyclo intervenants sur le forum des longues distances). Tout le monde a le sourire aux lèvres. Le rythme cool qui est entretenu permet de bien dsicuter avec chacun des cyclos. Pour moi, au contraire de ce que j'ai malheureusement pu lire il y a quelques jours, le vélo c'est aussi ça. La rencontre, la discussion et les paysages, même si c'est aussi la lecture du plan de route et la gestion.

Oh le joli petit train... Attention les gars, l'échauffement est bientôt terminé, ça va commencer à grimper :)

Km 59 : Premier passage de douage. Nous rentrons en Suisse... Personne n'a à priori de lingot à déposer... Quoi que quand je vois les sacoches de Pascal, je me demande ;-)

Nous croisons une grosse bébête suisse en face de nous... Ils ont les moyens nos amis agriculteurs Suisses...

Les cyclos du Trirhena envahissent la Suisse... en toute amitié évidemment.

Aperçu du poste de pilotage : le GPS ET le ROAD BOOK des organisateurs. A ce titre, les gars, CHAPEAU... Le ROAD BOOK arrangé à ma sauce faisait 45 pages (chaque partie étant dispo aux dépose-sacs) mais il n'y avait rien à jeter... C'était en plus une sécurité en cas de panne du GPS. Le changement de page s'est effectué manuellement, donc il y avait juste un coup de main à trouver.

Les difficultés n'ayant pas encore vraiment commencé, nous roulons toujours groupés : Pascal, Rolland, Florian, Alain, Valex, Bruno, Pierre et moi...

Bon, en Suisse, les trains arrivent lentement. Et pour éviter les accidents, les barrières se ferment longtemps avant. Résultat : on attend facilement 5 min à la barrière...

Du coup ces moments d'arrêts permettent de plaisanter...

Dans les endroits à navigation difficile les organisateurs nous ont même balisé le terrain... Quand je vous dis que l'organisation est au top... Nous sommes maintenant au pied du Col de Montvoie, Col qui n'est pas reconnu par la confrérie des 100 cols et qui devient la vraie première difficulté du parcours.

Equipement définitif pour la nuit. Nous venons de passer en forêt avec une très faible luminosité alors maintenant que nous allons avoir environ 10h de nuit, il faut ce qu'il faut.

Juste après le Col nous repassons en France en roulant en direction de Montancy. Le conseil général a eu la très bonne idée de vouloir rafistoler la route en la gravillonnant. Certes c'est moins cher que re-bitumer mais pour les cyclos je trouve cela plus dangereux... Surtout de nuit et en faux plat descendant...

Les 29 kilomètres qui nous séparent du PREMIER POINT DE CONTROLE du brevet sont très vite avalés. Nous pointons à St Hypolite à 22h et sommes accueillis comme des rois par une équipe de bénévoles au moins aussi à fond que nous... Que dire de ces sourires de Vanessa et Aurore.

Purée, si ma femme sait que je mange de la soupe pendant les brevets, elle va m'en faire cet hiver :D (je n'aime d'habitude pas...)

Aurore au petit soin pour les cyclos.

Pascal s'occupe de pointer les cartes de routes et de donner les conseils pour la suite. Attention les gars vous risquez d'avoir froid dans les 20 kilomètres qui viennent car vous allez traverser une vallée...

Axel au petit soin aussi pour nous...

Durant cet arrêt je suis victime d'une tentative d'agression par mes petits camarades... Prenez un banc accueillant les cyclos... Cricri assis à un bout, Roland et Bruno à l'autre bout.... Les deux derniers cités se lèvent simultanément pour aller chercher un autre bol de soupe et le cricri manque se retrouver par terre :D. Sauf qu'il en faut plus pour m'abattre... Mais j'ai à l'oeil les gaillards ;-)

A peine 15' d'arrêt pour nous et nous repartons... Et ce sans regarder la montre... Nous avons toute la nuit devant nous pour avancer au grè du temps.

L'étape suivante est courte et nous mène à Vercel. L'étape est assez facile... 10 kilomètres de faux plat descendant en vallée, puis une belle bosse en souplesse. Nous passons de 400 à 730m en 10 kilomètres. Chacun monte à son rythme et s'attends en ralentissant son rythme en haut des bosses. Il est 00h26 quand nous pointons en répondant à la question secrète à Vercel....

L'arrêt ayant été express, nous repartons pour l'étape la plus courte du brevet. 28 kilomètres à parcourir. Rien à signaler de particulier sur cette étape, si ce n'est que nous sommes maintenant 4 (Valex, Bruno, Pierre et moi), et que dans la nuit, alors que je ne l'ai pas vu venir, je m'endors sur mon vélo... Et paf le chien... Dans un village en travaux, avec une chaussée dénivelée, le cricri se retrouve au sol... Ca réveille :D. Etat des lieux : le bonhomme a l'air OK, le vélo n'a rien du tout... Bon que cela serve de leçon parce que de la chance comme cela, ce ne sera pas tous les jours...

Nous pointons à La Longeville à 02h17 en répondant à la question... Sauf qu'aucune des réponses proposées n'est la bonne... Donc en même temps, je prends le panneau en photo pour "montrer ma bonne foi" ;-)

Nous repartons dans la foulée pour une étape de 99km qui doit nous voir arriver au Mont Chasseral...

Nous ne sommes pas partis depuis 15kilomètres, que je suis obligé de m'arrêter... La batterie de ma lampe Hope vient déjà de rendre l'âme et les piles de mon GPS aussi... Pour ces dernières je croyais que j'avais mis des piles neuves mais en fait non...

Nous "surfons" sur des routes à la limite de la Suisse et de la France. Quand le jour va se lever, je vais m'apercevoir que mon appareil photo, situé dans la poche arrière de mon maillot n'a pas supporté l'humidité ambiante qui règne (transpiration + temps moite). Impossible de prendre des photos pour le moment :-(

Pascal nous ayant conseillé d'avoir un peu d'argent Suisse, nous nous arrêtons dans un village où il y a un distributeur. Valex veut faire le cobaye... La machine lui dit que c'est 100 FRANCS SUISSES minimum... Bon ben on fera sans...

Le jour commence à se lever et nous attaquons le premier col officiel de ce brevet à savoir le col de la Vue des Alpes (CH-NE-1283). Le vent s'est mis à souffler, le ciel est couvert... et certains d'entre nous commence à avoir envie de dormir. Et là c'est compliqué. Valex, grand adepte de la synthèse, nous demande de faire une pause au sommet car Bruno à envie de dormir, et Pierre une envie pressante... Perso ça m'emmerde... Je n'ai pas sommeil et j'ai envie de continuer... Je pars du principe que si j'ai envie de dormir, je ne veux pas qu'ils m'attendent car ils auront envie de dormir plus loin et je reviendrai alors sur eux... Mais Valex se fait insistant, et convaincant. Un café ouvre juste ses portes... Nous commandons des cafés qui sont bus rapidement. Pierre a pu gérer son affaire, Bruno manger un morceau... Nous repartons rapidement en direction de Neuchâtel.

Dans la descente, une phrase bizarre du Road Book prend tout son sens "à DR   dir  Valangin  / Neuchatel Vélo Attention  ne pas aller sur l' Autoroute". En effet, si on n'y prête pas garde, on peut vite se retrouver en vélo sur l'autoroute en restant trop à gauche sur la route :D

Bref une grosse descente sur Neuchâtel suivie d'un coup de cul parce que faut pas déconner on est venu ici pour grimper et re-grosse descente... On arrive dans Neuchâtel. Luc St Elie, participant du brevet, roule avec nous depuis plusieurs kilomètres. Il a le road book mais pas de GPS et reste avec nous pour le suivi GPS... Au pied d'une descente, à la sortie d'un rond point, j'aperçois un concurrent du brevet en train de parler à une dame... Celle ci lève le bras. J'interpète cela comme une demande d'aide... et freine sans prévevenir tout le monde derrière... Et comme Luc me suis de trop près, badaboum... Il touche ma roue et chute très lourdement. Quand il touche ma roue, je comprends immédiatement mon erreur. Luc est couché au milieu de la chaussée, sur l'épaule, le casque bien touché... Il a très mal à l'épaule, ses manettes de freins sont tordues. Il hurle de rage qu'il va devoir arrêter son brevet... Je suis vraiment embêtée, car je me sens responsable de tout cela... Finalement, il va repartir et finira dans les temps ce qui me rassérènera...

Une chute de ma part pendant la nuit, une chute provoquée au petit matin... Il serait bien que ces soucis se terminent... Bon maintenant pensons à autre chose... Le mont Chasseral nous attend.

Si vous ne savez pas où est le mont Chasseral... Juste au dessus de Neuchatel. Mais si vous y allez en vélo, pensez à vous échauffer avant car ça grimpe dur.

 

L'appareil photo refonctionne par intermitence. J'aime bien cette vue. Valex devant moi, on distingue au font le relais téléphonique de la où ou doit grimper. Le Casseral est une belle plaisanterie car, on commence par grimper 6 ou 7 kilomètres déjà bien costauds. On arrive à l'atitude de 1000m environ et on redescend :D avant d'attaquer la montée finale d'environ 7 kilomètres à 8% de moyenne, sachant que le dernier kilomètre à 6% parait plat. 

Devant la difficulté de la pente, je me résouds à gérer et m'arrête sans vergogne quand les jambes le demande... Le cardio ne demande rien... Je gère tellement, qu'il ne monte pas plus que 145bpm. Je le sens bien car je ne suis pas essouflé... A un moment je me fais doubler par Bruno qui monte comme un avion... Je suis époustouflé... En fait, malheureusement, ce sera un feu de paille...

En effet, Bruno s'arrête quelques centaines d emètres plus haut pour reprendre son souffle. Je continue de mon côté à ma vitesse. Valex est passé devant depuis un moment et Pierre est un poil derrière...

Les photos suivantes ont été prises par Pascal Bride ou Aurore Behe du CCK. La vue du sommet était le premier gros point MAGNIFIQUE de ce brevet.

A un kilomètre du sommet, il ne pleut plus quand je passe. Par contre les vaches sont toujours présentes... On se croirait dans un grand col des Alpes où les spectateurs se retirent au dernier moment... J'en prends plein les mirettes... Purée Pascal, Gilles, c'est vraiment au moins aussi beau que ce que vous nous aviez promis.

Arrivé au col du Chasseral (CH-NE-1502), il reste à grimper au sommet pour aller pointer au ravito CCK.

Admirez la vue...

Le relais est visible et contrairement à l'effet d'optique, il ne doit pas y avoir plus de 3% de pente pour aller au ravito

Ca y est j'y suis...  Il est 9h40 et j'avais prévu une arrivée à 9h58... Donc pile poile dans les temps...

C'est marrant, le temps estompe bien les souvenirs car j'ai souvenir d'une arrivée tranquille... Ben finalement pas tant que ça alors que Pierre lui est plutôt cool...

 

Nous prenons bien notre temps ici, pour transférer le contenu de nos sacs qui nous ont été amenés par l'organisation, pour nous restaurer et nous couvrir... Aurore, au fond, commence à fatiguer... Nos amis autrichiens sont passés ici ce matin à 5h, et Aurore et Pascal étaient aussi du contrôle à St Hypolite. Malgré tout le sourire est toujours présent.

Alors que Bruno arrive, et qu'il n'a pas une belle tête... il nous annonce sont renoncement "pendant qu'il est encore temps". Crotte ça fait chier mais il ne faut effectivement pas qu'il parte dans une galère... Nous allons donc continuer à 3.

Avant de partir, j'intègre les conseils de Pascal. Si vous atteignez Munstertal, c'est gagné. Dans les parties très dures qui viennent, laissez aller... gérez... Ok chef... et ça ne tombera pas dans l'oreille d'un sourd.

Voilà, nous pouvons attaquer maintenant la très grosse étape de ce brevet... Arriverons nous à Munstertal, telle est la question...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bruno 16/08/2014 15:54

Tu devais quand même avoir des hallucinations dans le Chasseral car je n'ai pas vraiment l'impression d’être passé devant toi comme un avion:)

Cricri le cyclo 16/08/2014 17:08

non je t'assure...

Jean-Pierre 13/08/2014 23:45

Superbe récit pour cette première partie
Place aux autres épisodes, je vais les lire lentement pour prendre le temps de savourer
En tout cas c'est une aventure bien pimentée de péripéties de course
BRAVO

ZAMMIT 14/08/2014 08:19

s'endormir sur un vélo...dingue ! qu'elle belle aventure humaine et quel courage de rouler malgré ses accidents de parcours.
Je pensais qu'il fallait avoir tout sur le vélo, mais apparemment on peux faire suivre des sacs?

Cricri le cyclo 14/08/2014 06:56

merci et bonne lecture

David 13/08/2014 13:24

Aïe les grosses frayeurs. Les chutes et problèmes mécaniques divers au début d'un long parcours, ça a toujours décuplé mes forces. Peut-être à cause de la décharge d'adrénaline qui s'ensuit. Peut-être aussi parce que ça occupe l'esprit un certain temps et permet de se concentrer sur autre chose que l'effort, ainsi le temps passe plus vite. Peut-être enfin parce que pendant un moment on se sent plus ou moins invincible après avoir réchappé à l'incident.
Sympa cette première étape, vivement la suite !

Cricri le cyclo 13/08/2014 20:47

à la limite il vaut mieux que ça arrive dans le premier épisode qu'à la fin avec de la casse... C'est vrai qu'ensuite ça permet de rester plus concentré

franco 12/08/2014 18:42

c'est sur que quand tu est dans les startings blok tu n'a qu'une envie c'est d'y aller ,c'est là où l'expérience parle finalement et tu le démontre bien,sur cette 1ere partie ,d'autant plus sur un circuit comme celui ci,ou il est important de mettre les points sur les i des le départ ,et de ne pas s'emballer ,le Chasserale a déjà fait des victimes oups....

Cricri le cyclo 13/08/2014 20:46

un peu d'expérience fait effectivement du bien... Néanmoins la "peur" de ce qui arrivait m'a aussi permis de rester calme

Brigitte 12/08/2014 13:36

C'est pas facile de rouler en groupe, comme tu le faisais remarquer lors d'un SMS. Moi je rentre dans Jérôme et je tombe au moins deux fois par an pour cette raison :-D . J'aimerais mieux rouler devant ...mais là je le perds ... mais bon je suis habituée, je ne me fais pas mal.
La question que tu te posais, à ce stade je me la posais aussi !!!! Je commençais à voir des abandons dans les listings ... l'arrivée dans les temps au contrôle cependant me donnait bon espoir ! J'avais remarqué aussi ton avance sur les autres et je savais pourquoi. On comprend beaucoup de choses simplement sur les chiffres ;-) ....

Cricri le cyclo 12/08/2014 14:00

Ce n'est pas facile de rouler en groupe, mais je peux te dire que la fin a finalement fait bien avancer les choses dans tous les sens du terme. On en a parlé avec Valex et on n'était pas d'accord. Mais on a trouvé un accord... Il s'arrêtait dormir le temps qu'il fallait et je ralentissais pour qu'il me rejoigne sans forcer... et ça a fonctionné... Valex est quelqu'un de formidable... de vraiment formidable...

pierre_13 12/08/2014 12:34

Super récit cricri cela fait un bien fou de revivre cette aventure

Cricri le cyclo 12/08/2014 13:57

merci... Oui en plus jusqu'ici nous étions tous ensemble... Mais ce fut dans tous les cas une belle aventure...

KIKI-129 12/08/2014 12:17

Bravo CRICRI, ton CR montre bien que sur un petit ou un ENORME parcours, un incident ou un accident peur arriver à n'importe qui, mais surtout qu'une bonne préparation est nécessaire.
Le CCK est au top.
vivement la suite

Cricri le cyclo 12/08/2014 13:58

et oui il faut être toujours vigilant. Et je peux te dire qu'on en a redoublé (de vigilance) à l'approche de l'arrivée

cestdurlevelo 12/08/2014 11:27

Punaise que c'est long un BRM1000 montagneux!!! Voici deja une épopée en soi, un TAS de petits soucis à gérer, et... ce n'est que le début !!!
Ce Mont Chasseral, va vraiment falloir que j'aille m'y frotter un de ces 4... je n'y suis toujours jamais allé à ce jour.
A quand la suite!???

Cricri le cyclo 12/08/2014 11:28

pour le Chasseral, vas y, tu en prendras plein les mirettes