Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Tribulations de Cricri le Cyclo

Ardèche-Maison via le plateau Ardéchois

18 Août 2013 , Rédigé par Cricri le cyclo Publié dans #Cyclotourisme

Le temps de notre séjour en Ardèche se termine. Carole est partie hier soir avec les 2 derniers... Et moi je suis obligé de rentrer en vélo car la voiture n'est pas assez grande pour ramener le vélo... Il est vrai qu'on n'a qu'un Espace affublé d'un porte vélo :-)

Alors, tant pis je me sacrifie pour repartir en vélo, ce Dimanche. La météo semble bonne, sans trop de chaleur ni de risque de pluie. Je trace un parcours qui cherche à éviter le plus possible la vallée du Rhône... Miracle, le parcours semble approcher les 200kms :-). On va voir, si en roulant tout seul je suis capable d'aller au bout... Sachant que le dénivelé sera concentré sur les premiers 100 kilomètres.

Etape 1 : Montée du col du Molin à Vent.

Départ vers 7h45, le soleil vient juste de passer au dessus des montagnes...

Une vue vers Privas, et sur le col du Benas, que David va bientôt escalader lors de la Grimpée Chronométrée de ce col qui a lieu ce jour...

En ce dimanche, à cette heure, la route est tranquille et je monte bien moins vite qu'avec mon fiston... Bon d'accord une longue journée m'attend.

A 500m du col, au niveau du Chateau de Liviers, la route s'aplanit.

Voilà, le col est atteint sans difficulté...

Il me reste à me laisser couler vers Les Oliières sur Eyrieux.

Après Le Pont de Boyon, je traverse le Chambon de Bavas...

... A droite la maison où vit encore ma grand-mère (92 ans). Le Chambon de Bavas est aussi le lieu de résidence de mes parents et de mon dernier frère. C'est un petit hameau de la commune de Saint-Vincent de Durfort. Autrefois, cette maison servait de café et d'épicerie et même de téléphone public... Mais ça c'était avant.

 

La descente sur les Ollières sur Eyrieux ne dure que 5 kilomètres. 

Etape 2 : Le Cheylard

Pour rejoindre le Cheylard (lieu de ma prochaine étape), j'ai 2 choix : soit passer par une route toute plate en passant par Saint-Sauveur de Montagut, soit tenter la route des balcons, calme et autrement plus jolie...

Ci-dessous, aperçue plusieurs fois ici ou ici, la route qui longe l'Eyrieux et qui va à Saint-Sauveur de Montagut.

Une jolie batisse...

Si la route est tranquille, elle grimpe malgré tout à 5% en moyenne. De toutes les manières on part d'environ 200m aux Ollières pour aller à plus de 800m au col de Ceyssoan.

Arrivée tranquille au col des Buffes (FR-07-0489)...

.... le petit panneau de col

Passage dans le petit village de Saint-Michel de Chabrillanoux, finalement assez animé en ce dimanche matin.

Même de bon matin, les passages à l'ombre font du bien car ils amènent un peu de fraîcheur.

Atteinte du 3ème col de la journée à savoir le col de Comberon (FR-07-0679a).

L'Ardéchoise et son commerce de cols a encore frappé. Sauf erreur de ma part, les cartes ne mentionnent pas de col, et cet endroit ne semble pas être un col géographique... Enfin bon, ce n'est pas grave, cela me permet d'arriver à Chalencon..

... où je trouve une fontaine d'eau potable qui me permet de recharger mes bidons.

En sortant de Chalencon, je fais une petite erreur de parcours qui ne me coutera que 200m en prenant la route qui va directement au Cheylard... alors qu'il me faut suivre la route qui va à St Julien Labrousse.

Il y a 3 ans, lors de mon passage, je n'avais pas remarqué, sur la carte, le petit Pracoulet, col muletier cyclable, situé à environ 200m de la route (FR-07-0824)... Et bien, il est dans mon escarcelle depuis ce dimanche :-)

Pour l'atteindre, il suffit de prendre un petit chemin carrossable sur la gauche et donc roulable en pneu de 23, à 1 km environ en direction du Col de Ceyssoan. Le bitume se transforme en sable mou et profond... qui m'occasionne une gamelle ;-) Ensuite au bout à gauche, marcher 100m car là ça ne passe plus en pneu de 23 et vous êtes arrivés...

Lors de ma reprise de la route, je suis rejoins par un cyclo du coin, qui va aussi au Cheylard (il y habite), mais il va prendre la route passant à côté du transformateur, et moi celle de gauche...

J'arrive ensuite tranquillement à Saint-Julien Labrousse. Au lieu de suivre tranquillement les panneaux Le Cheylard (via la D241), je suis bêtement ma trace... Certes je vais prendre un très fort raccourci, mais avec des très fortes pentes, même en descente... que je n'aime guère. Par contre, pour Brigitte, tu as des bons raidards à grimper. Lorsque je ferai la jonction avec la route théorique, je verrai 2 panneaux directionnels pour St Julien. Le premier, par la route d'où je viens mentionne 2km. Par la D241, il mentionne 8km :-) et le dénivelé (en montée) est de plus de 200m ;-) 

Après mes périgrinations dans ces fortes pentes en descentes depuis St Julien, j'arrive à la jonction avec la route provenant de St Sauveur de Montagut (D120). Encore 5 kilomètres de plat et j'arrive au Cheylard...

Etape 3 : à la conquête du plateau.

C'est parti pour ma troisième montée de l'année à Saint-Agrève.

Après 8 kilomètres de faux plat montant, j'arrive à St Martin de Valamas... Toujours pas de point d'eau... Pfff va falloir leur dire... ou alors prévenir l'oragnisation de l'ardéchoise pour organiser un ravito ici à l'année ;-)

Saint-Julien Boutières : un espoir, il y a une fontaine marquée "Eau potable" juste avant l'église... Dommage celle ci est à sec... Tant pis, mais j'ai du m'arrêter un court instant... alors que je suis bien.

Je vais continuer les 10 derniers kilomètres sans possibilité de faire le plein. Ceci n'est pas très grave en soit car j'ai aussi le Camelback... Je me sens bien dans la montée, mieux que les 2 dernières fois en tout cas... C'est aussi ce que confirmera "Strava"

Une belle montée en mode balade de 1h08.. C'est mieux de 4 minutes que lors de l'Ardéchoise, et mieux de 21 minutes de ce que j'avais parcouru en Mai...

Comme je n'ai pas pu faire le plein en route, je profite pour faire une petite pause, recharger mes bidons... et pour recharger le bonhomme. Comme me dira Pierre sur un réseau social bien connu : "Coca pour le sucre et bière pour le houblon et faire croire au corps qu il est repu" :-)

A cet instant, je sais que j'ai passé le plus gros du dénivelé. Je n'ai pas encore tout à fait effectuer 80 kilomètresn mais j'ai déjà plus de 1600m de dénivelé...

Je me remets en marche, en direction du faux col de Clavière. Il y a beaucoup de monde au sommet, non pas pour me voir passer :-), mais pour assister à Equiblues Western.

Maintenant sur les crètes, je vais continuer en direction de Devesset. Je n'irai pas, exceptionnellement vers la droite, qui constitue le parcours de l'Ardéchoise.

Le ciel est en train de se charger de nuages ce qui me permet pour l'instant, allié à l'altitude, de ne pas avoir trop chaud. Je passe ici à côté du lac de Devesset. N'ayant pas mon maillot de bain, je ne pourrai pas m'y arrêter ^^ :-) .

Le paysage a bien changé sur ce plateau que l'on sent assez facilement balayé par les vents (ce qui n'est pas le cas aujourd'hui).

Belle route de crête, avec ses plats et ses coups de culs... Mais bon, très peu de coup de culs. Je plafonne entre 1070 et 1170m d'altitude.

Arrivée sur Saint André en Vivarais qui me rappelle une sortie de Juillet 2011 avec Olivier.

Passage sombre et parfois frais dans les sapins...

...on quitte l'Ardèche pour entrer en Haute-loire à ...

... Saint-Bonnet le froid. Puis on rerentre en Ardèche... Mais cela me permet de rajouter 1 département au nombre de départements traversés lors de cette sortie ;-)

L'arrivée au Col des Barraques (FR-07-1072a) marque la fin de cette troisième étape et surtout la fin des réjouissances. En effet, il va falloir penser à revenir sur terre... enfin je veux dire sur la vallée du Rhône :-( et quitter ce monde calme.

Etape 4 : Retour maison

J'attaque une longue descente qui va me mener à Annonay. 26 kilomètres sans donner un coup de pédale ou presque. Je vais traverser Saint-Julien Vocance, puis Vocance...

La maison au second plan est l'école de Vocance où nous habitions avec ma famille lors de l'année scolaire 1983-84 (Baptiste était il né ? :-) ) et où mon père était instituteur.

Je continue mon périple en traversant Villevocance (oui je passe tous ces Vocance car je longe la Cance) pour arriver à Annonay, ville que je n'aime pas, particulièrement depuis cette année 1983-84 où j'y ai fait ma 3ème au Collège des Perrières. Je ne me suis jamais plus dans cet établissement surtout du fait du contexte où une Section d'Enseignement Spécialisé génèrait beaucoup de violence dans l'établissement.

Je travserse donc Annonay, ville qui ne connait pas le plat... et ressort côté Davezieux pour tomber sur...

... ;-) Promis, je ne l'ai pas fait exprès mais il était sur ma route ;-)

Le bout de route le plus pénible est celui qui mène à Serrières. Tout d'abord parce que cette route est très passante... Ensuite parce que des portions de routes à 2 voies et limités à 110km/h sont interdites aux vélo. C'est très bien, mais les alternatives ne sont pas indiquées. Heureusement que je les connaissais grâce au BRM200 de Beaurepaire. L'ancienne route (je suppose), longe la 2x2 voies et, en vélo, j'y suis très bien ;-)

A Serrières, impossible de ravitailler en eau, même si je pense que j'ai raté un détour pour aller en chercher. Je traverse le pont... ça y est l'Ardèche est derrière moi :-(

Quasi immédiatement après avoir attrapé la D4 par laquelle je compte rentrer, j'arrive à tomber "par hasard" sur la voie verte... qui va me mener jusqu'à Vienne.

Même si cette voie est majoritairement en plein soleil, parfois abimée par les racines d'arbres, c'est quand même le pied de pouvoir rouler en sécurité... Par contre, une idée pour nos dirigeants : une voie verte sert aux cyclistes et aux piétons... qui peuvent avoir soif... Si vous pensiez à rajouter quelques points d'eau ce serait génial...

Le seul que je trouverai se situera à Condrieu... Heureusement car les réserves diminuaient dangereusement et surtout, l'eau récupérée à St Agrève était maintenant chaude.

Le plat de cette route contraste avec les bosses du début... Mais je ne peux pas dire que ça ne me gêne trop.

J'arrive à Vienne. Je sais qu'il ne me reste plus qu'une toute petite difficulté...

... mais avant cela, pause Coca (sans Bière si si) à l'Odéon à Vienne, un des rares cafés ouverts en ce dimanche après midi.

Vienne, puis Chuzelles et Villette de Vienne...

... avant de grimper le col de Bel Air :-) où un amoureux transi a laissé un message à sa belle ;-) Si elle passe par là, elle ne peut pas le manquer.

Je passe la barre des 200kms à la sortie de Toussieu. Dernière bosse ensuite pour monter sur les Hauts de Saint-Bonnet de Mure... Il reste 7 kilomètres de plat pour rentrer à la maison où j'arrive vers 18h40, clôturant ainsi mon 5ème 200 bornes de l'année, mais surtout le 2ème en 2 semaines...

 

Bilan de la sortie : une nouvelle sortie à plus de 200 kilomètres (211.4 exactement), en 10h54 avec 2470m de dénivelé positif, 7 cols passés dont 1 nouveau, et surtout une joie d'en profiter : il y a quelques semaines, concentrer 2000m de dénivelé en moins de 100kms m'aurait mis HS...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

KIKI-129 22/08/2013 11:43

Pour l'eau, il n'y a pas que les fontaines, les bars, il y a aussi les cimetières (mais pas tous car eux aussi sont parfois fermés et pas que le dimanche, et hélas certains n'ont même pas l'eau). En montagne il y a aussi la possibilité de prendre les pastilles pour rendre l'eau potable.

cricri le cyclo 22/08/2013 13:44

en fait les cimetières je connais... Sauf que parfois par fainéantise, on ne se détourne pas de sa route. Pour les bars, certains bars acceptent même si pas de consommation... D'autres pas... Pour les pastilles suis d'accord mais ça ne me dit rien de mettre du chimique dans mes gourdes. Alors je me débrouille au mieux... Mais reste que quand tu traverses des déserts (exemple Haute-Ardèche), tu peux mettre du temps à trouver un village (donc un cimetière) ou un bar...

David 21/08/2013 09:12

Revoilà le Cricri qui enchaîne les 200 !
Bon, tu aurais quand même pu t'arranger pour partir plus tôt et venir commencer ta journée par le Benas ;-)
La prochaine fois, j'essaierai de me synchroniser pour que l'on puisse rouler ensemble en Ardèche.
Beau parcours en tout cas, et on sent bien que tu as pris ton pied.
Au fait, dans ton article précédent tu parlais d'un éventuel 300 en septembre: as-tu déjà une idée en tête ?

cricri le cyclo 22/08/2013 08:30

quand j'ai croisé Jean-Philippe il n'était pas très optimiste sur le fait d'y arriver. Il était 16h30 je crois à Lanslebourg. Il voulait aller dormir à Bourg St Maurice et il y avait l'Iseran au milieu. Il lui fallait être rentré à 7h ce matin pour le faire "dans les délais"

David 22/08/2013 06:44

Je suis au courant pour ce 400 montagneux. Une super idée, je vais me régaler l'an prochain !

cricri le cyclo 21/08/2013 22:26

pour l'instant rien en tête pour le 300... J'aimerai mais pour y arriver ce serait forcément plat... ou presque. Au fait j'ai croisé Jean-Philippe B. à Lanslebourg :-)... en repérage d'un 400 montagneux... Il m'a donné le parcours.. C'est pour toi mon coco et t'as pas intérêt à te défiler :-)

Jean-Pierre 20/08/2013 15:44

Où comment joindre l'utile au très agréable
Beau retour à la maison
Je ne sais pas comment tu fait pour enchaîner des 200 comme d'autres enfilent des perles avec peu d'entraînement

cricri le cyclo 21/08/2013 22:24

merci.. Ben comment je fais. Je mets le vélo dehors, je m'assieds dessus et je pédale. Dimanche ça allait super. Aujourd'hui j'en ai bavé des ronds de chapeaux

KIKI-129 20/08/2013 10:54

Beau 200 Christophe, beau parcours, tant de souvenirs sur ces routes, on voit bien ta progression, en plus tu nous racontes quelques souvenirs de jeunesse. Sur l'Ardèche Verte on passe par tes routes. Cette année je n'ai fait qu'une fois 100 km, ça va être dur pour moi le 1er septembre à l'Ecureuil 120 km avec 500 km dans les jambes seulement.

cricri le cyclo 20/08/2013 14:19

si je peux te donner un conseil essaie de faire comme moi... Pendant longtemps je n'ai pas pu rouler à ma guise... Ce n'était pas à cause de ma santé mais du boulot certes. Mais il faut se le mettre dans la tête. Comme ça quand on revient aux affaires, on y prend d'autant plus de plaisir. Pour l'écureil, pense à ramener les noisettes :-)

Bruno 20/08/2013 09:20

Cela me rappelle certaines routes.
Comme la fin a l'air plus facile je ne comprend pas pourquoi tu ne viens pas à l'ardéchoise en vélo:)

cricri le cyclo 20/08/2013 14:18

merci pour les compliments. A st martin de valamas, pour les wc publics je te rappelle que nous y étions arrêtés en mai sans succès je crois ;-)

Brigitte 20/08/2013 09:06

Bien joli retour d'Ardèche et ton retour rapide aux affaires sérieuses impose le respect !!!! Ah ces histoires de vélo qui ne rentrent pas dans la voiture, où ça vous mène ... Pour les raidards vers le Cheylard ... je sais que plusieurs attendent mes roues ... ils ont l'air terribles !
Pour les points d'eau : je pense qu'il y en a un (WC publics) à l'entrée de St Martin de Valamas, à l'endroit où il y a une montée avant la place principale. Et pour St Julien Boutières, tu as des toilettes en contrebas de la route.

veloblan 20/08/2013 08:26

Voila un beau 200, et mieux que dans l'espace.

cricri le cyclo 20/08/2013 08:42

en plus dans l'espace la clim était en panne :-) Alors moi j'étais mieux cheveux au vent à chevaucher mon monture ;-)