Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Tribulations de Cricri le Cyclo

LEL Etape 13 : Coxwold - Thorne : 89 km

29 Juillet 2009 , Rédigé par Cricri Publié dans #Cyclotourisme

il est un peu plus de 20h00 lorsque nous décollons de Coxwold. A la fin de l'étape nous serons de nouveau dans la pleine industrielle... Autant il pleuvait des seaux avant d'arriver au contrôle, autant il fait maintenant sec.

Nous ne sommes plus que 2 avec Yannig. Nous nous retrouverons demain en fin d'étape avec le tandem. C'est la promesse mutuelle que nous nous sommes faite avant le départ.

Nous effaçons les dernières bosses du parcours (ou presque). Je ne me souvenait pas qu'elles étaient aussi sévères (300m de dénivelé sur 14km)...

La nuit tombe maintenant et nous sommes sur du plat. Nous enchainons les relais malgré la fatigue. A un moment, nous rencontrons des italiens. Ceux ci nous indique que le plan de route est faux et qu'ils ne trouvent pas la route. Yannig, possède un GPS, et est catégorique sur la route à emprunter. Ils ne veulent pas le croirent et décident de partir de leur côté. Moi, j'ai confiance en Yannig, qui a navigué d'une main de maitre avec son accessoire.

Certes, il faut avoir confiance pour le suivre, car nous empruntons des toutes petites routes, mais au bout de 5 kilomètres nous sommes sur une route dont nous sommes complètement sûrs que c'est la bonne.

A l'occasion d'une pause à mi parcours, nous nous faisons doubler par un groupe de 2 cyclos (espagnols ?) qui nous saluent. Nous les doublerons moins de 20 kilomètres après. L'un des deux est alongé et doit se reposer. Après avoir pris des news, et les cyclos n'ayant pas besoin d'aide, nous passons notre chemin. Nous commençons à nous endormir sur le vélo. Il reste 20 kilomètres et la platitude de la route nous endort... Je demande à Yannig de venir à ma hauteur pour parler...

Nous arrivons progressivement sur les lieux de l'accident du 2° jour... Il nous reste 10 kilomètres.

2 kilomètres plus loin, nous voyons les feux de 2 vélos qui dansent sur la route. Je dis à Yanning "Imagine qu'il reste 2 places dans des lits au contrôle, et qu'ils nous les prennent...".

Du coup nous lançons une poursuite à vive allure. Le premier relais de Yannig est appuyé mais ne permet pas de les rattraper. Je prendsun relais pensant que je n'en étais pas capable et miracle, nous les rattrapons. Nous les enrhumons en passant (fassons de parler, il est presque minuit et nous avont plus de 1100km dans les jambes) : mais comme ils ont de l'humour, ils nous demandent s'ils nous n'avons pas de remorque.

Les 3 derniers kilomètres me paraissent très très longs, et les cuisses me brûlent.

Nous arrivons au contrôle à 23h55 (km 1110) et il faudra 3 minutes de patience pour nous faire enregistrer (heure de pointage = 23h58). L'objectif de la journée est atteint. Il ne reste plus que 291 km à parcourir demain.

Nous essayons de quémander un lit pour dormir, mais comme d'habitude, il n'y en a plus de libre... Remarque vu l'heure.. Yannig demande alors à pouvoir dormir ailleurs que dans le passage. La fille au contrôle est fatiguée et ne nous propose rien. Un bénévole qui a entendu la conversation nous propose "une chambre". Nous sommes au stade de Rugby de Thorne et il y a encore un vestiaire libre. Nous l'aurons pour nous deux et pour la nuit qui sera de 6 heures... Certes nous dormirons sur le béton, mais peu importe, il faut pouvoir dormir...

Je m'endors du sommeil du juste en me disant que c'est presque gagné, sauf pépin mécanique...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

benny 39 09/08/2009 15:23

1h45 de pause au control, eh ben ça change du cri cri que j'avais sur les brevets et qui me disais yann dépeche toi on doit y aller. T'as du etre enervé (un peu?) Et arrivé à 23h50...... sans moi!!

Cricri 09/08/2009 20:40



non pas énervé. Tout simplement parce que je savais que j'étais dans les temps. Yannig gère son temps différemment du mien... Comme toi : mais là la moyenne mini (pause incluse) c'était 12 km/h
et pas 15km/h... et donc du coup on ne voit plus les choses de la même manière...