Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Tribulations de Cricri le Cyclo

BRM 300km de Grenoble : pour la première fois seul

25 Mars 2012 , Rédigé par Cricri Publié dans #Cyclotourisme, #BRM

Pour la troisième année consécutive je décide de participer au BRM 300km de Grenoble. Cette participation ne se décide que tardivement. Jean-Philippe BATTU, l'organisateur, me propose de m'héberger en compagnie de Pascal, un cyclo lorrain roulant en vélo couché. C'est une très gentille proposition, car cela me permettra de me lever un peu moins tôt, d'autant que nous changeons d'heure cette nuit.

Un peu avant 19h00 ce Samedi j'arrive chez Jean-Philippe. Pascal est déjà là. Nous échangeons nos souvenirs de PBP 2011, dinons et essayons de nous coucher tôt (22h30).

Il est encore 1h15 quand nous nous levons. Dans quelques minutes la pendule va avancer toute seule d'une heure. A 3h25 nous sommes Place de Sfax afin d'accueillir la vingtaine de participants. Je retrouve Benny et David, deux cyclos de mes amis.

MaPhoto

Jean-Philippe nous prend en photo en compagnie de 2 autres cyclos, Benoit Mathieu et Jean-Yves DURET.

4h08 : le départ groupé est donné. Jean-Philippe se met en tête pour nous faire sortir de Grenoble. Il est très agréable de voir que chacun respecte les règles du jeu et que c'est bien un pelonton groupé qui sort de Grenoble.

MaPhoto

Malgré tout, et dès Pont de Claix, le groupe s'étiole. Nous sommes maintenant sur la voie royale et YAPLUKA pédaler. David vient à ma hauteur et lui propose de ne pas lâcher le groupe devant, connaissant sa forme. Du coup il me lâche rapidement.

Je me retrouve ainsi rapidement seul, presque comme je le souhaitais. En effet, un de mes bons amis cyclo m'indiquait récemment qu'il était bien plus profitable et représentatif de terminé seul un long brevet qu'en groupe, car cela faisait ressortir la force de caractère.

La température est douce durant la montée vers le col du Fau (FR-38-0899). Il est 6h00 du matin lorsque je traverse Monestier de Clermont. Au contraire de l'an passé, je ne me détourne pas pour aller chercher le Collet de Sinard (FR-38-0881) mais je continue tranquillement la montée au Col du Fau où j'arrive un peu vers 6h15 du matin. Il fait encore nuit noire.

MaPhoto

Les 32 kilomètres entre le Col du Fau et le Col de la Croix Haute (FR-26-1176) sont relativement simples. La route reste plus ou moins plate ou plus ou moins cabossée selon les points de vue. Néanmoins, cette vision du levée du soleil sur les montagnes du vercors reste magique.

MaPhoto

Au niveau de Saint-Maurice en Trièves, je rajoute une excursion au Col de Tourdot (FR-38-0865) en aller-retour, comme m'y oblige le règlement (si je m'écarte du parcours à un endroit, je dois y revenir), ce qui permet d'augmenter mon total de nouveaux cols passés cette année à 9. En revenant du col, au croisement de la D1075, je croise des cyclos arrêtés à l'auberge toute proche qui me croient perdu.

La température à l'arrivée au col de la Croix Haute s'est maintenant rafraîchie. Je sais que ma thermique et mon coupe-vent ne seront pas de trop pour la descente de la vallée du Buech. Dans la montée je dépasse un groupe de cyclos de Gillonay, dont un semble souffrir de tendinite... Aie aie pour lui car nous n'en sommes qu'au km 70.

MaPhoto

A l'arrivée à la Croix Haute pour moi il fait jour... Pour les premiers, il faisait nuit... L'effet sans doute du changement d'heure.

Comme depuis 3 ans, les 30kms de descente dans la vallée du Buech s'effectue sous une températures plus que fraiche. Il fait sans doute légèrement en dessous de 0°C. Je suis bien content d'avoir mis mes gants longs pour la descente.    

MaPhoto

 

Un peu après 9h00 je pointe à Aspres sur Buech (Km 99) à l'Epicerie du Buech. Nous y sommes toujours très bien accueilli. Nous avons parcouru environ un tiers du parcours et la moitié du dénivellé.

Le soleil est maintenant bien présent. Je tombe la thermique même s'il fait encore frais, car je sais que je vais avoir à affronter le petit col de Cabres (15km, dont uniquement les 5 derniers à 6%).

L'atteinte du col de Cabre s'effectue en 2 parties :

  • l'approche jusqu'au village de La Beaume.

MaPhoto

Sur ma droite je continue à voir le Vercors...

MaPhoto

Côté route, celle-ci prend plutôt la forme d'une tôle ondulée. Elle peut être très pénible par vent de face. Pour moi, à cet instant, c'est royal, il n'y a aucun vent. Je ne fais donc que profiter des paysages.

  • la montée proprement dite, longue de 5kms, à partir du village de La Beaume...

MaPhoto

La montée est magnifique. Juste après ce tunnel, en levant la tête on découvre un magnifique cadrant solaire, dans la roche.

MaPhoto

La montée se déroule bien et je retrouve les 2 vélos couchés engagés (dont Pascal ci-dessus dans la montée). Je constate malgré tout que je suis moins en jambe dans la montée que l'an passé. Déjà, nous avions du vent dans le dos mais j'ai aussi une bonne dizaine de kilos de plus à transporter.

MaPhoto

Les 2 vélos couchés et moi nous regroupons au col. Il est 10h20. Nous nous restaurons puis nous entamons la descente vers la vallée de la Drôme, chacun de notre côté. Nous avons alors effectué plus des 2/3 du dénivelé total, alors que le compteur n'affiche que 115km.

La descente est fraîche, voire très fraîche par endroit et j'ai été très inspiré de ne pas me découvrir en haut du col. Celle-ci s'effectue en 2 parties comme la montée :

  • de la descente assez rapide jusqu'au village de Beaurières
  • un long faux plat majoritairement descendant jusqu'à Die.

MaPhoto

Durant la longue partie de faux plat nous longeons la Drôme et passons le Claps où la vue et la beauté des paysages font la joie de n'importe quel touriste, fut-il cyclotouriste.

A partir de cet instant, et jusqu'à Chabeuil, je ne trouve pas que la route ait un grand intérêt de visite, mais il faut bien chercher à rentrer. 

J'arrive à Die aux alentours de midi. J'y retrouve Jean-Philippe et nos vélos couchés. Je m'arrête très rapidement dans une boulangerie histoire d'acheter un fougasse et des boissons sucrées. Il est 12h05. Je repars rapidemennt car l'objectif est maintenant d'arriver avant 13h30 à Crest où on nous a indiqué le déroulement d'une course cycliste (Le Grand Prix des Mousquetaires).

La route étant plutôt monotone, je divise la distance qu'il me reste à parcourir. En plus le vent commence à se faire sentir, et comme Brigitte me l'avait indiqué, il va souffler au Nord.

Je passe Pontaix, puis Espenel et Saillans.  J'ai d'ailleurs le vent dans le dos sur la partie Pontaix Espenel. Je savoure car je sais qu'après il va me casser les pieds.

 

MaPhoto

Un peu avant Mirabel et Blacons, j'aperçois un cycliste qui arrive en face, qui s'arrête et sort son appareil photo. C'est l'ami Gérard qui vient à ma rencontre. Cela me fait très plaisir et va me casser la monotonie du parcours.

MaPhoto

En arrivant sur Crest, nous croisons ou nous faisons doubler par les participants à la course qui sont en plein échauffement... A voir mon vélo avec ma sacoche de selle à l'arrière et ma sacoche de guidon à l'avant, et à le comparer aux vélos ultra-dépouillés, on a l'impression de ne pas pratiquer la même discipline.

MaPhoto

Je pointe à Crest à 13h30, c'est à dire bien avant mes espérances (14h00). Un des cyclos couchés que je retrouve régulièrement a la gentillesse de nous prendre en photo. Comme dit Gérard, on dirait Laurel et Hardy.... Le gros et le petit mais aussi 2 bons amis.

Après une pause un peu plus longue que les autres, je repars accompagné de Gérard histoire d'en finir au plus vite avec la route Crest - Chabeuil. Même si le vent de face n'est pas très fort, je sais qu'il va être gênant. De plus cette route est très passante et rouler à 2, oblige à rouler en file indienne.

Sur cette portion Gérard se mettra gentiment devant pour essayer de couper un peu du vent... Vu les différences de gabari cela aura moyennement fonctionné, mais je remercie encore Gérard de sa gentillesse. Cette partie là est assez casse pattes. Toujours des faux plats qui ont tendance à user... Nous rattraperons ainsi Jean-Philippe et ce faisant, et le connaissant un peu, je sais qu'il n'est pas au mieux. Inutile même de lui demander de prendre la roue. Le garçon se connait il préfère rouler à son rythme, quitte à être seul.

Gérard me laisse à Chabeuil, non sans m'avoir indiqué la fontaine dont a souvent parlé Olivier Buisson sur son blog et que je n'avais jamais trouvée.

Me voilà de nouveau seul pour boucle la fin de parcours, et sur une partie où je ne suis pas au mieux. J'en averti même Brigitte lors d'un micro-arrêt en répondant à un SMS de Brigitte...

MaPhoto

Il n'empêche que même si j'ai mal aux jambes, j'arrive à avancer sans me démoraliser à cause du vente. Et petit à petit les villages défilent. Tout d'abord Rochefort Samson (village silencieux), Hostun... 

MaPhoto

... puis arrive Saint-Nazaire en Royans.

MaPhoto

J'y pointe à 16h30 en me rendant comme les autres années à la même boulangerie. L'arrêt ne durera que le temps de quelques photos. Je sais qu'il me faut repartir pour évacuer vite les kilomètres de route passante qui sont au devant de moi.

Les kilomètres vont ainsi défiler assez doucement jusqu'à Saint-Gervais... J'avoue avoir eu un pincement au coeur à Izeron espèrant qu'il ne m'arriverait rien...

MaPhoto

Lorsque j'arrive enfin sur la voie verte je suis soulagé. Il reste maintenant 34 km (attention c'est long après 270km) mais au moins peu de risques de circulation... d'autant que celle-ci est déserte.

MaPhoto

Malgré le mal aux jambes qui commence à survenir (j'ai assez peu de kilomètres avant d'aborder ce 300), je m'échine à mouliner et à garder un certain rythme de pédalage. Et surtout j'essaie de ne pas penser à la distance qu'il me reste. Je me souviens avoir pensé en 2010 être déjà arrivé en entrant sur la voie verte... Il restait pourtant plus d'une bonne heure de route.

Les kilomètres défilent. Les quelques cyclos que je croise sur cette voie verte ne sont pas très causant ne répondant pas à mes saluts.

A une douzaine de kilomètres de Grenoble j'aperçois en point de mire un vélo couché. Petit à petit l'écart entre nous se réduit et j'ai la surprise de constater qu'il s'agit de Pascal... Pascal me dit s'endormir (à cause de la fatigue et de la platitude de la fin de parcours ?). Pascal essaie avec succès de rester dans ma roue. Histoire d'arriver ensemble j'ai un poil diminué mon rythme...

MaPhoto

A 2, les derniers kilomètres défilent encore plus vite... Du coup je guide Pascal dans les méandres de l'arrivée (Jean-Philippe a fait baliser l'arrivée comme on le voit ci-dessus). Lorsque nous passons le pont, il reste moins de 2 kilomètres...

MaPhoto

... Il est 19h15 lorsque nous arrivons au point d'arrivée. Ayant oublié un stylo, je vais en chercher un dans la voiture pour remplir la carte de route et la signer. Le temps officiel sera donc de 15h15 pour 310km et 2445m de dénivelé. Sachant que nous sommes réellement parti à 4h08, cela fera effectivement un peu moins. 

Finalement je suis très satisfait de ma journée, quoi que bien fourbu. En effet, rouler seul à 20km/h sur plus 300km reste typiquement ce que je me sens capable de faire... et que j'ai donc réussi à faire.

 

Voilà pour cette année, il me reste à remercier Jean-Philippe pour son accueil et sa gentillesse et dire ma satisfaction des rencontres du jour.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Cigogne 03/04/2012 09:09


Grand bravo pour cette magnifique escapade en solitaire. 300 km c'est bien long, surtout quand la plus grande partie est faite seul. Chapeau bas (surtout que je n'ai jamais fait de distance
semblable) 

Cricri 07/04/2012 10:14



Merci Bernard



Franco 30/03/2012 21:17


super ,bravo, et respect,un 300 toujours pas pour moi et pour tout dire je me suis un peu degonflé  quand david me l'a proposé,alors que martine mon epouse me disais d'y aller elle a plus
confiance en moi que moi pour moi mais on ne va pas se chercher d'excuse,mais tout simplement feliciter ceux qui ont eu le courage de se lever d'enfourcher le velo et d'enquiller les 300 kms et
pratiquement en solo bien joué

Cricri 31/03/2012 06:34



Merci Franco... En fait y a pas de se dégonfler ou pas... Si tu en as envie, il faut le tenter sans pense au temps. Pour info on pouvait arriver jusqu'à minuit.... Les "derniers" sont arrivés
vers 21h30 je crois, très en avance sur la fermeture du contrôle. Par contre, il ne faut pas se lancer là dedans à contrecoeur...


 


et puis après sur le vélo, comme dirai quelqu'un que je connais : YAPLUKA


 


Au pire du pire, on rentre en train en signalant son abandon... mais ça c'est le pire du pire 



David 30/03/2012 20:36


Bravo Cricri pour ce 300 réalisé presque en solitaire. Ce fut un grand plaisir de te revoir au départ, car malgré tes messages plus ou moins énigmatiques sur facebook, je ne savais pas trop ce
qu'il en était


Super compte-rendu... J'apprécie ta façon de rouler, je ne sais pas jusqu'où j'irai sur les longues distances, mais tu es un modèle pour moi.


Chaque année tu nous sors un nouveau col bonus sur ce parcours, en as-tu déjà reperé un autre pour l'an prochain ?

Cricri 31/03/2012 06:30



ouh la là... tu vas me faire rougir. J'ai lu aussi avec attention ton compte-rendu sur le blog. Je pense que tu
écoutes assez bien ton corps et que ta tête est forte. Aussi je ne suis pas inquiet pour des distances supplémentaires. En plus tu as une vitesse de base qui fait que tu ne seras pas embêté par
les horaires des contrôles...


 


Concernant les nouveaux cols sur le parcours, j'avais réalisé une étude en 2010


http://cricri-le-cyclo.over-blog.com/article-etude-du-parcours-du-brm-300km-de-grenoble-47406722.html


 


je n'ai pas encore tout exploré



jpb37 30/03/2012 16:06


Beau brevet, bravo!! Demain c'est mon premier cent bornes, j'ai hâte


Je vois que les cyclos sont partout les même, certains donnent l'impression de pas te voir quand tu les saluts, je ne sait pas si la sacoche de guidon qui leurs inspire du mépris ou leur tête qui
à enflait .

Cricri 31/03/2012 06:27



Courage pour ton premier 100 bornes... J'espère que tu auras beau temps sans trop de vent... Pour les saluts, je ne sais pas comment analyser la situation... je trouve ça juste dommage



Renarde 30/03/2012 14:27


Juste une réponse ... je pense très fortement au 12 et 13 mai  ... pire j'en ai même parlé à la maison ... pire
l'idée m'émeut au point que les poils de mes bras se dressent  en l'écrivant !

Cricri 30/03/2012 15:03







Bruno 30/03/2012 11:16


Ca a l'air sympa comme parcours. Il faudrait que je le fasse dans les prochaines années


Tu as l'air d'avoir fait des arrêts moins longs que les années précédentes. C'est un des avantages à être seul ou on peut prendre le temps d'arrêt que l'on a besoin à ce moment

Cricri 30/03/2012 11:39



Salut Bruno,


 


je te confirme que le parcours est sympa...


 


Pour les arrêts, je crois que j'ai moins d'une heure d'arrêt sur l'ensemble du parcours ce qui pour moi est correct.


Oui, quand on est tout seul, on gère ses arrêts quand on veut. Je crois que tu l'as bien vu sur PBP



Renarde 30/03/2012 10:04


Magnifique de lire tes récits car je me sens proche de ce que tu raconte ... des 300 seule, j'en ai fait deux, le premier avec un peu de compagnie (le tour du vercors mais dans l'autre sens et
différent) et le second (l'AR au ventoux) 100% en solo. 
C'est vrai que ma vitesse est affichée, mais sur un 300 je m'en fiche, car le but est de le terminer dans de bonnes conditions. Ca donne envie d'en refaire un, j'attends encore un peu de durée de
jour supplémentaire, et YAPUKA 

Cricri 30/03/2012 10:06



Oui je comprends que tu te sentes proche du récit, car mis à part la fréquence et la vélocité, on a, je crois, la même manière d'appréhender les choses... Tout comme un certain Olivier B.


 


Juste une question tu fera quoi les 12 et 13 mai ?



Alain2pau 30/03/2012 09:03


Bravo Cricri. 300 bornes fin mars, faut la faire. Merci pour ce superbe reportage. Vous me faites saliver en me parlant du Vercors. Pour l'instant j'y suis, sur la carte. Au mois de mai j'y serai
et c'est moi qui prendrai les photos. Amicalement

Cricri 30/03/2012 09:10



Merci Alain. J'espère que tu en prendras plein les yeux au mois de Mai. C'est vraiment une superbe région.



KIKI-129 30/03/2012 09:01


Bravo Cricri, un 300 dans les jambes dans la tete et le coeur, à 20km/h pas mal du tout. En Limousin j'en ai fait plusieurs des 200 et 300, seul, et j'appréciais autant les
arrêts que de rouler , mais je n'avais jamais de carton à pointer.


J P Batut est un passioné, c'est super tout ce qu'il fait . J'espère que tu feras le BRA c'est un beau brevet.


http://www.cyclotourisme-grenoble-ctg.fr/CTG/index.php?option=com_k2&view=itemlist&layout=category&task=category&id=52&Itemid=309





 

Cricri 30/03/2012 09:09



Finalement peu importe qu'il y ait un carton à pointer. Je trouve juste qu'il est plus facile de partir sur un 300 d'organisé que de se le faire soit même.


Oui, Jean-Philippe est un passionné et il sait trouver de très beaux parcours



Jean-Pierre 30/03/2012 08:56


Tout simplement bravo Christophe pour l'avoir fait
Je ne sais pas si je serais capable de m'embarquer seul dans une grande chevauchée comme celle-là
Petit truc amusant, nous avons le même total de kms (route + VTT), mais tu vas me larguer si tu fais encore un 200

Cricri 30/03/2012 08:59



Merci Jean-Pierre. Les longues distances sont effectivement devenues au fil des années MON TRUC. Du coup je les apprécie autant en groupe (200,300, 400 dont tu étais, et 600 l'an passé), que seul


 


En ce qui concerne le total Route + VTT, c'est rigolo... Tu roules plus régulièrement que moi, notamment en raison de tes trajets VELOTAF que je souligne.... C'est vraiment pas tout le monde



cestdurlevelo 30/03/2012 08:41


Bravo. Ca a du être dur. 15h15 de vélo... un truc de dingue pour moi, complètement impossible à mes yeux. Mais tu l'as fait alors respect. Surtout, si comme tu le dis tu n'es pas dans des
conditions optimales.


Je dois par contre reconnaitre que l'idée de faire 15h de vélo seul ne m'attire pas. Ca fait long et aux moments où ça ne va pas, ça doit être dur de ne pas pouvoir même se changer les idées en
discutant un peu !


Continues comme ça !

Cricri 30/03/2012 08:46



Merci. Je ne peux pas dire que cela a été dur. Oui, j'étais fatigué à la fin et j'ai bien dormi, mais s'il avait fallu faire 50 bornes de plus, je les aurai faites sans problèmes car j'aurai géré
un peu différemment la fin.


Concernant les longues chevauchées à vélo, cela ne me gène pas, même seul. Mais il est vrai que c'est une question de goût. Et puis au moment où cela ne va pas, cela permet aussi de savoir
comment gérer les points bas. Et cela ressert ensuite dans des vraies longues distances. Par exemple, pas facile de ne pas avancer sur un terrain assez plat malgré tout entre Crest et Chabeuil.
Ma technique : ne jamais avoir la vitesse qui s'affiche. Du coup, si je suis à 18 ou à 14 je ne me mine pas le moral



Olivier Buisson 30/03/2012 07:31


Chapeau Cricri , peu de km au compteur , dix kg de plus sur la balance et tu fait un 300 km !! Respect , d'autant plus en roulant pratiquement seul , bien plus méritant que celui qui reste caché
dans les roues toute la journée ! Sympa d'avoir partagé un bout du circuit avec Gérard !

Cricri 30/03/2012 08:07



Merci Olivier. Toute cette journée j'ai repensé à nos discussions sur le sujet et j'étais effectivement ravi d'essayer de me prouver que je pouvais le faire sur CE brevet. En effet, j'avais déjà
effectué le 300 de Beaurepaire seul, mais ce dernier me semblait plus facile.


 


Au final ce que je retiens :


2010 : 16h15 à deux, 200km de vent de face fort


2011 : 14h15 à 6 ou 7, 200km de vent dans le dos fort


2012 : 15h15 seul (ou presque), et plus de 100km de vent de face modéré


 


J'ai aussi pensé très fort à toi à Izeron... espérant que la foudre ne tomberait pas 2 fois au même endroit