Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Tribulations de Cricri le Cyclo

Deuxième sortie consécutive avec le Club

5 Juin 2010 , Rédigé par Cricri Publié dans #Cyclotourisme

Cela faisait plus d'un an que cela n'était pas arrivé. Pour le deuxième week-end consécutif je roule avec le club. On me demande pourquoi : c'est simple : pas de sortie trop longue prévue donc plutôt que de rouler seul, j'ai plaisir à revoir les copains. Néanmoins, je souligne que lorsque l'on a l'habitude de rouler seul, les débuts de sortie où les 20 premiers kilomètres sont avalés en plus d'une heure trente parce ce qu'il faut s'arrêter tous les 3 kilomètres pour attendre tout le monde, n'incitent pas à revenir trop souvent.

Ce Samedi par exemple j'avais prévu de faire le circuit de 100km. Je vais expliquer ci-dessous ce que j'ai fait et pourquoi.

Pour ce faire, je viens de la mais en vélo. Après avoir escaladé Fourvière, je passe à côté de l'Acqueduc de Beaunant.

002.JPG

J'arrive sur le lieu du rendez-vous 30 minutes avant l'heure fixée. J'y retrouve Michel Feyx qui vient d'arriver aussi.

005.JPG

La majorité des copains et des copines arrivent à l'heure du rendez-vous (7h45). Certains malheureusement arrivent quasiment à l'heure du départ (08h00). Du coup nous prenons déjà dix minutes de retard sur l'horaire.

La sortie de Chaponost avec le GPS ne nous fait pas emprunter la route prévue (Dans le tracé en fin de compte-rendu, le prévu est affiché en vert, le réél est en rouge).  Néanmoins, la route empruntée ne rallonge pas le trajet.

Entre Brindas et Grézieu la Varenne, nous nous faisons "agresser" verbalement par des automobilistes grincheux. Pour certains d'entre eux, c'est sincèrement sans raisons. Mais pour d'autres, imaginez la situation : Une file d'une quinzaine de cyclos, sur une route dont les voies sont séparées par un séparateur de chaussée haut, avec les cyclos qui roulent à 2 de fronts à 10 à l'heure parce que cela grimpe... Alors, je ne peux pas m'empêcher de demander à ce que l'on roule en file indienne...

A Grézieu la Varenne, malgré le GPS, nouvelle erreur de ma part (c'est pour la TVA du circuit..). Je fais faire un détour par Sainte-Consorce histoire de rallonger un peu avant d'arriver à Polionnay.

Le groupe est déjà séparé. Du coup le deuxième groupe, lui prendra la bonne route...

 

 

008.JPG

009.JPG

010.JPG

Malgré tout, nous arrivons sur Pollionnay où nous nous attaquons à la montée du col de la Croix du Ban (FR-69-0602a). De ce côté ci, il est assez facile.

De plus la route est située majoritairement en forêt.

017.JPG

A 800m du sommet, je me fais déposer par un "avion". Point de salut amical de sa part . Des Vttistes que je rattrape s'étonnent même que je les salue... Ben oui, on a tous un niveau différent, ce n'est pas une raison pour ne pas dire bonjour...

A 500m du sommet je suis rattrapé par Christophe Labaune qui a visiblement de très bonnes jambes. Arrivé au sommet je fais demi tour pour aller chercher les copains. Certains, dont Raymond Buchalin sont encore loin du sommet. Raymond me fait peur car il n'est vraiment pas bien. Et quand on connait la suite du parcours... on se dit que ce n'est pas raisonnable de continuer (ce qu'il fera malgré tou, mais il faudra ensuite aller le chercher en voiture).

018.JPG

Nous effectuons un regroupement général en haut du col...

019.JPG

Il est 9h40 quand nous repartons!!! Nous n'avons parcouru que 20 kms... Nous avons enfin fait les groupes! Je pars avec Raymond Chatenay sur le circuit de 100km.

020.JPG

Arrivé à Chevinay, Raymond m'indique que je roule trop vite et que je n'ai qu'à partir devant...

021.JPG

Bon qu'à cela ne tienne, mais je préfère cela à ce que l'on ne roule pas chacun à un rythme convenable... 

Le seul soucis est qu'avec tous ces arrêts, il est déjà tard... Arrivé à la Brevenne, quelques kilomètres plus bas, je sais que je ne ferai pas le trajet de 100 kms. Ce n'est pas grave. Il n'empêche que pour pouvoir faire cela en club, et vu notre organisation, il faut avoir la journée complète... Parce que sinon c'est quasi impossible. Tout ça pour ne faire que 100 kilomètres. C'est une des raisons pour lesquelles que je ne roule presque plus avec le club.

La montée sur Brussioles est longue de 7 à 8 kilomètres et en pente assez douce.

022.JPG

Je profite de cette première vraie journée de grosse chaleur (36° au soleil en fin de sortie). Je suis aussi content, car les côtes s'enchainent assez bien.

026.JPG

J'arrive ainsi à Brussioles.

Au lieu de continuer sur Montrottier (circuit de 100km), je redescends en direction de Saint-Laurent de Chamousset puis vers Brussieu ou une descente très impressionnante me ramène sur la D489.

Je me retrouve rapidement à Courzieu où le plat de résistance de la journée va m'être servi : la montée du col de la Croix de Pars (FR-69-0811).

La petite route empruntée me permet d'effectuer 4 kilomètres à plus de 10% de moyenne.

027.JPG

 

028.JPG

La montée est vraiment rude... Du coup je prends prétexte de prendre des photos pour bénéficier de pause salvatrice...

030.JPG

A 1 kilomètre du sommet, je rejoins la D25 beaucoup moins pentue. J'y rattrape un cycliste qui a du mal. J'en profite pour le dépasser et pour l'accompagner jusqu'au col... Il me remercie d'ailleurs, arrivé au sommet.

Le retour s'effectue ensuite en quasi descente par des petites routes...

Il est 13 heures quand j'arrive à Chaponost. Mes erreurs du départ ont ajouté 10kms au circuit initial : mon compteur indique un circuit de 80 bornes.

Je téléphone à ma femme pour la prévenir de mon heure d'arrivée probable. C'est ainsi que j'arrive à 14h20 à la maison...

Cool : la tonte du gazon m'attend. Pas très drôle mais nécessaire.

Bilan de la sortie : 133.8km pour 2040m de dénivelé en 7h35. Je m'approche tout doucement des 60 000m de dénivelé positif...

Le tracé de la sortie se trouve ci-dessous

20100605-Trace.jpg

ainsi que le profil (Profil de Chaponost au retour à la maison)

20100605-Profil.jpg

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fantomette 08/06/2010 19:28



Mon pauvre Cri-cri, te voilà vacciné pour un bon moment , misère.  C'est parce qu'on n'était pas là, tout
simplement, 9 Atscafiens partis ce WE au BCMF du Jura quand même, sinon on aurait pu faire le 100 km ensemble, hé, hé !


Je suis tout à fait d'accord avec Cigogne et aussi avec Olivier.  D'ailleurs, quand je suis arrivée à l'ATSCAF il y a 2 ans, il me semble qu'on constituait les groupes dès le début ou juste
après quelques km et il n'y avait pas tant de problèmes de niveaux différents à s'attendre à tout bout de champ.  Je crois que ça a un peu changé ces derniers temps. 


Il est pourtant nécessaire de rouler avec des cyclos du même niveau, quitte à s'attendre en haut des côtes. Pour ma part, j'ai toujours été satisfaite de la majorité des sorties club.  On
m'attend plus souvent que j'attends les autres  mais les Atscafiens sont charmants. 


Le problème des pelotons de cyclos à 15 ou plus est un vrai souci avec les conducteurs de voiture irascibles et je ne suis pas toujours à l'aise quand on est trop nombreux. L'idéal est de rouler
à 4 ou 6 je trouve.


En tous cas, tu as pris de très jolies photos, bravo Cri-cri !



Bruno 07/06/2010 23:34



Dans votre club vous avez l'air de vous attendre tous.


Chez nous les groupes de niveau se forment plus rapidement et dans le groupe de devant il ne fait pas toujours bon d'être le maillon faible mais à part quelques rares exceptions tout le monde a
son coup de moins bien dans la saison.


Mais l'alternance entre les sorties seul et les sorties avec les copains a du bon et les 2 me manquent au bout d'un certain temps.



Olivier BUISSON 06/06/2010 20:58




Pour moi rien ne vaut une sortie en solitaire , en 2009 sur 35 200 bornes


30 000 fait en solo y a pas photos ! de plus je ne supporte plus l'effet négatif "groupe"  , la galère de voir un gros peloton le samedi en début d'après-midi prenant la route pour
leur jardin , Cricri le futur lucky lucke à raison




Olivier Cyclosport 06/06/2010 20:32



Salut Cri-Cri,


Ton parcours me rappelle la scott 1000 bosses et les 3 cols... super coin.


Pour moi, je me sens plus en insécurité en club que tout seul... un groupe de plus d'une dizaine de cyclo reste un danger pour les cyclos mais aussi pour les automobilistes. et puis,
malheureusement, certains cyclos, en groupe, se sentent les maitres de la route...


A+


Olivier



Cricri 06/06/2010 20:45



dans la montée du col de la Croix de Part  je repensai à ton compte-rendu... Il est quand même vraiment dur celui là



brigitte 06/06/2010 15:47



Souvent les cyclos qu'on croise nous mettent la pression pour qu'on fasse partie d'un club. mais je n'ai toujours pas trouvé de motivation pour ça. L'une d'entre elle m'a dit que c'était bien car
ça l'oblige à sortir. Euh ... j'ai pas trop besoin qu'on m'oblige à sortir !
Les problèmes "d'objectif commun" , qui me "parlent", sont encore plus critiques en ski de rando (en milieu isolé, pas de voiture pour récupérer ceux qui arrêtent) C'est pourquoi je tourne depuis
des années avec les mêmes. Pas de retard. très peu de galères de matos, quasiment pas d'abandons en cours de route.
Il y a longtemps je suis sortie avec le Club Alpin Français, ça trainait au départ, les sorties se terminaient tard le soir , etc ...
En vélo j'aime bien rouler seule, ou  avec Jérôme,  ou avec un ou deux amis, même si parfois on s'inscrit à des cyclos où on cotoie du monde mais sans "dépendance".  



Cricri 06/06/2010 20:49



je ne suis pas tout à fait d'accord sur le niveau cycliste et le fait de dire bonjour... Je pense que c'est une éducation... simplement... Même quand tu doubles un gars et que t'es à bloc, si le
gars te dit bonjour et que tu ne peux pas parler tu peux lui faire un signe de la main...


 


Concernant le fait de rouler en club tu as mis le doigt sur la partie vraie... C'est la dépendance aux autres. Quand on roule en club, du moins le notre, ce qui fait son charme c'est que tout le
monde s'attend... Moi ce qui me gave maintenant c'est aussi que tout le monde s'attend ete que l'on nivelle le niveau vers le bas... Mais bon, comme je suis un des seuls à penser comme cela, je
ne veux surtout pas l'imposer aux autres et donc j'en tire les conséquences en roulant seul... De toutes les manières en allant rouler 200 ou 300 bornes, on a un peu de mal à réunir du monde...



Cigogne 06/06/2010 14:52



... ben non, pas de sortie ce week-end. Anniversaire de l'un des enfants (45 ans quand même) hier soir. Du coup couché très tôt ce matin et levé très tard. Mais ce n'est pas grave. On se
rattrapera au courant de la semaine



Cricri 06/06/2010 20:50



pour ce qui est de se rattraper dans la semaine, je te fais confiance



Cigogne 06/06/2010 14:32



C'est sûr : rouler en club oblige à s'aligner sur le cyclo le plus faible. Quand il n'y a qu'un seul groupe, cela peut vite devenir très pénible. Parfois on fait des aller-retour, mais ce n'est
pas vraiment une solution très satisfaisante.


Moi j'ai de la chance. Je sors souvent avec des cyclos d'un niveau similaire au mien. Si parfois il faut attendre quelques minutes en haut d'une côte cela peut aisément servir d'alibi pour
souffler un peu. Et il est vrai qu'en cas de pépin (crevaison par exemple), c'est toujours agréable d'avoir quelqu'un pour vous donner un coup de main.


C'est une autre façon de rouler.



Cricri 06/06/2010 14:42



Je considère que rouler en groupe est un vrai avantage. A minima, on ne sait pas ce qui peut arriver et d'un point de vue sécurité quand tu n'es pas seul c'est mieux.


 


Par contre pour arriver à rouler en groupe, il faut effectivement que les objectifs du groupe (pas nécessairement le niveau) soit similaire. 


 


Mais bon, je n'en suis pas aigri pour autant. A aujourd'hui je suis le seul qui réagi comme cela sur les 60 membres du club. Je ne prétends pas avoir raison. Par contre, je sais aussi pourquoi je
ne roule pas souvent avec.


 


Et toi ??? une sortie ou plusieurs ce we ?



Helliot 06/06/2010 12:45



Cricri pas toujours facile la vie de club et surtout rouler ensemble, dans toutes les circonstances. Je suis trop souvent le bon samaritain et c'est pour ça que vu le comportement de certains
j'ai décidé de supprimer mon pseudo JB-RCTL.  Il vaut mieux parfois rouler avec peu, mais de niveau sportif à peu près identique, ou alors carrément seul vu ma passion montagne. Lors des
brevets montagnards, comme je fais assistance, photo, je m'entraine quand même et en fractionné car je pars de derrière pour les photos, je fais demi tour, je fais un col de plus. Quand je suis
seul, je fais les bcmf à la journée.


Tu as de beaux parcours autour de Chaponost. Je connaissais quelqu'un de ce coin, sportif et amateur de bon vin, plus skieur.


Jaky



Cricri 06/06/2010 12:50



Certes, ce n'est pas facile. Mais c'est un grand plaisir de rouler avec. Néanmoins, je pense que lorsque tu as des parcours qui font de 50 à 100km, ce n'est pas judicieux de faire partir tout le
monde ensemble...