Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Tribulations de Cricri le Cyclo

Articles récents

Balade autour de sa majesté... La grimpée impossible

14 Mai 2016 , Rédigé par Cricri le cyclo Publié dans #Cyclotourisme, #Cols, #Ventoux

 

amedi 14 Mai 2016 : Comme il y a deux ans, je suis invité par Sylvain à partager un week-end vélo. Assez marrant d'ailleurs : au départ nous ne nous connaissons pas... Mais une collègue de chez Feu Vert, nous mets en relation... Il y a 2 ans nous étions à Briançon, cette année, le camp de base est fixé au Camping Carpe Diem de Vaison la Romaine. Ce camping m'avait déjà servi de camp de base lors de mes 3 montées du Ventoux en 2011....

Afin d'être sur place le plus tôt possible, j'arrive le Vendredi 13 Mai au soir sur place, en même temps que Philippe... Sylvain arrivera quelques minutes plus tard. 

Je profite du restaurant du camping pour me restaurer. Mon départ est prévu le lendemain matin, dès que je suis prêt, pour une durée que je ne connais pas encore...

J'ai prévu un parcours qui devrait me faire découvrir quelques nouveaux cols, et si la météo (et mes jambes) le veut bien, me faire grimper le Ventoux. Ce parcours sera en solo, car la sortie groupe est prévue demain.

8h40, je quitte le camping non sans avoir croisé Sylvain qui promène son chien.

A peine suis-je parti qu'après Entrechaux, j'ai droit de grimper le premier col... Pas un monstre, mais il permet de se chauffer... Le passage du Pas des Voltigeurs (FR-84-0328) n'est pas une première, car je l'avais passé lors d'un précédent séjour en Septembre 2010.

La météo n'est pas terrible : le ciel est chargé de nuage et le vent est fort...  Je m'étais demandé s'il ne fallait pas s'attaquer au Géant de Provence dès le début... La réponse a été vite trouvée... Le Géant de Provence a la tête dans les nuages... J'ai intérêt à me laisser du temps.

A Mollans je ne prends pas la vallée du Toulourenc. J'ai décidé de remonter vers le col de Fontaube.

Je passe à Pierrelongue, village dominé par son Eglise. Je suis de l'autre côté de la vallée du Toulourenc.

Continuant ma route, j'ai le plaisir de découvrir le Col de St Michel (FR-26-0320)... Existait il en 2010 ? Je ne le sais. En tout cas, il ne fait pas partie de ma liste des cols déclarés au 31/12/2015... En voici un de plus :-), et sûrement pas un des plus durs.

Je longe le joli petit village d'Eygaliers avant d'attaquer le début de la montée vers le Col de Fontaube.

Me voici maintenant dans le col. Je pense qu'un Rallye (Les Bosses du Comtat) est en cours. Un paquet de cyclos me doublent, certains sur la plaque, certains très vite, d'autre un poil plus que moi... Je ne rattraperai que quelques cyclos (en perdition) dans cette bosse. J'ai à cet instant de très bons souvenirs de notre balade de 700km en 2009 pour préparer Londres-Edimbourg-Londres. Notre balade passait précisément par ici.Mais aujourd'hui le vent est beaucoup plus fort et le temps bien plus frais qu'à l'époque.

 

Lorsque j'arrive au col de Fontaube (FR-26-0635) et que je lève la tête, ce que je vois ne me dis rien de bon. Sa majesté le Ventoux s'est paré d'une robe de nuages qui défilent à toute vitesse... Il doit y avoir un sacré vent là haut. 

La ravitaillement du rallye est en cours au Col. De mon côté je continue donc, laissant là les cyclos qui m'avaient doublé durant la montée. Je continue en direction du Col des Aires. Néanmoins, j'ai repéré sur mon GPS un petit col à aller chercher en faisant un détour d'un bon kilomètre, sur une route (un chemin devrais-je dire) en plutôt mauvais état.

La pêche est plutôt bonne car j'ajoute à mon palmarès le Trou du Pertus (FR-26-0675b). Celui là, au contraire du col Saint-Michel se mérite de par ses pentes... qui piquent un peu.

Après un demi tour, je passe le col des Aires (FR-84-0634) sans forcer puisque, de ce côté on y arrive en faux plat descendant.

A Reilhanette, j'effectue un tour pensant qu'un nouveau col est dans le coin. En fait je lirai mal les infos du GPS, mais cela me permettra de pouvoir remplir mon bidon...

En 2009 quand nous étions passé avec Benny, j'avais détecté 2 cols hors parcours. Vu la longueur du notre de l'époque, je n'avais pas chercher à aller les récupérer... Aujourd'hui ce n'est pas pareil, donc j'attaque la grimpée du Collet de Reilhane (FR-84-0755). De ce côté, il grimpe sacrément. Je pense que je ne suis pas loin d'un kilomètre à 10 ou 12%, sur une route (un chemin) dans un état assez délabrée.

Il n'y a pas de panneau au col, mais la route continue pour plonger sur le village d'Aurel. Au lieu de continuer sur Sault, je tourne à droite en revenant vers le village de Reilhanette, avant de tourner à gauche au niveau du Hameau "Les Crottes"

Après 2 ou 3 kilomètres en léger faux plat montant puis une dernière rampe à près de 20% sur une centaine de mètres, j'arrive au 4ème nouveau col de la journée, le 7ème au global à savoir le Collet Blanc (FR-84-0765).

 

Sans m'arrêter, je décide de me glisser vers Sault. Il n'est pas tout à fait midi je crois. Je m'y arrête pour acheter un sandwich. L'endroit me rappelle un lieu de pointage sur le BRM 600 de Grenoble de l'an passé si ma mémoire est bonne.

La pause est courte mais j'en profite quand même pour remplir mes bidons. Car maintenant les choses sérieuses se profilent.

J'ai désormais le vent de face... Et quel vent. 10km/h, des fois 8 ou 9 alors que je suis au pied du Ventoux. Je me dis que les 20kms jusqu'au Chalet Reynard vont être très longs...

Je suppose que ce panneau doit faire hurler les centcolistes les plus à cheval sur la règle... Le Ventoux est un Mont mais pas un col :-).

J'ai l'impression d'être le seul cyclo à grimper de ce côté ci aujourd'hui. En effet, j'en croise pas mal qui redescendent mais je ne rattraperai personne (normal ;-) ) mais ne serai rattrapé par personne non plus.

Les motards sont de sortie et se sont mis à l'abri pour pique niquer. Certains endroits me permettent aussi d'avoir le vent dans le dos maintenant que je suis dans la forêt.

2 ou 3 kilomètres avant le Chalet Reynard, un grand Cerf nous accueille... J'aurais préféré un grand Ours :-).

Dernier virage, je bascule vers le Chalet Reynard... Je suis accueilli par un vent du tonerre et un paysage peu engageant. En quelques instants j'ai compris que je n'irai pas plus haut. Je n'ai pas envie de prendre des risques, et je pense aussi à la descente côté Malaucène...

Je ne prendrai d'ailleurs aucun plaisir dans la descente vers Bédoin. Je m'accrocherai comme je peux à mon guidon en essayant de ne pas me faire déstabiliser. Lors de ma descente, je croiserai quand même pas mal de monde. La plupart en bavent.... Un gars monte en vélo couché à 3 ou 4km/h... Et il lui reste encore 10 bornes pour le Chalet... On voit que l'endroit reste un lieu de dépassement de soit...

Arrivé à Bédoin, je tourne à gauche en direction de Malaucène. La circulation est maintenant bien plus importante et les locaux comme les touristes ne sont pas très cool avec les cyclos que nous sommes...

Comme la semaine dernière, je franchis le Col de la Madeleine, mais dans le Vaucluse... (FR-84-0448) puis en descente sans même voir un panneau les cols d'Anrès (FR-84-0404) et de Ronin (FR-84-0374) juste au dessus de Malaucène.

J'arrive sur Malaucène, que je traverse... Il ne reste plus qu'une dizaine de kilomètres de grande route, vent de face avant d'arriver au Camping.

Je profite (et je les en remercie), du passage du train blanc pour m'accrocher et éviter de lutter seul contre le vent... Cela ne durerar que 3 ou 4 kilomètres mais m'aidera bien.

 

Je termine ma sortie contre le vent après 110.2km et 1973m de dénivelé en 6:28. En faisant le tour de "nos emplacements", je m'aperçoit que pas mal de monde est arrivé...

... et comme je rentre de la sortie vélo, et que je dois avoir soif... on me propose... Une Leffe... Le week-end commence bien :-)

 

Lire la suite