Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Tribulations de Cricri le Cyclo

Articles récents

Week-End en Haute-Montagne 1 - Le Col d'Agnel en Solo

7 Juin 2014 , Rédigé par Cricri le cyclo Publié dans #Cyclotourisme, #Cols

En ce week-end de la Pentecôte est organisé un week-end dont le camp de base sera le Camping des 5 Vallées à Briançon. L'organisateur n'est autre que Sylvain, le responsable commercial d'un de nos gros fournisseurs (THULE). J'ai été invité à ce week-end un peu par hasard, quand quelqu'un de chez nous lui a indiqué que je faisais un peu de vélo.

Le planning du week-end est le suivant : arrivée le Samedi, et le Dimanche, grimpée du col de l'Izoard par Guillestre.

Moi qui suis chasseur de cols, je sais qu'il y a un col qui me fait envie depuis longtemps et que je n'ai jamais gravi : Le Col d'Agnel. Je décide donc d'arriver le Vendredi soir... et de consacrer mon Samedi à son ascension...

J'arrive donc le Vendredi soir vers 19h30... En quelques minutes mon camp de base est prêt. Merci M. DECATHLON... Le camping ne faisant pas encore pizzeria (ce sera le cas dans l'été), je vais manger un morceau dans Briançon... La vie nocturne ne doit pas inciter à la débauche des habitants... Je trouve mon bonheur et à 22h30, je me prépare à dormir en vue d'une grose journée demain.

 

Samedi matin 7h00. Je me réveille et prépare mes affaires. Je vais me déplace jusqu'à Guillestre en voiture... Car l'ascension que j'ai étudiée avec minutie me fait peur...

Jusqu'à Château-Queyras, (km 20) c'est du facile... Ensuite il n'y a que 23 kilomètres... mais les 6 premiers et les 8 derniers sont difficiles semble-t-il.

Garé au centre de Guillestre, je prends la route sous un soleil qui est déjà chaud... Ce matin au lever il faisait 10°C. Il fait déjà une bonne vingtaine de degrés vers 10h. Dès le départ, je profite d'une vue magnifique.

La sortie de Guillestre s'effectue sur une route à 5%, mais cela ne dure que 3 ou 4 kilomètres.

Ah oui, j'ai oublié... Le Col n'est ouvert que depuis hier...

Pour l'instant la route s'élève très doucement, ce qui me permet de m'échauffer tranquillement.

Je profite à fond de ces paysages sublimes d'autant que la pente douce ne va pas durer très longtemps.

En effet, à 1 kilomètre du col de l'ange Gardien (FR-05-1347), le pourcentage passe brusquement à 6%. Certes sur 1 seul kilomètre mais quand même. C'est mon deuxième passage ici après celui (en descente) du 29 Août 2010.

Juste après le col, j'ai le choix... Pour aujourd'hui, je vais tout droit :D

Arrivée sur le village de Château Qyeras

De ma visite en 2010, je me souviens que l'on passe Le Collet dans le village (FR-05-1390) et qu'on y trouve une fontaine d'eau potable qui me permet de recompléter mes bidons. Normalement je suis bien équipé avec mon camel back de 2L, et 2 bidons de 75cl, mais la chaleur et l'altitude risque de me donner soif... Alors je prends mes précautions.

A deux kilomètres de là, j'en terminée avec la Vallée du Guil et direction à droite toute...

Et quand je dis à droite toute, je parle de la direction, pas de ma transmission. Pour celle ci c'est quasi plutôt l'inverse à savoir quasi tout à gauche. Les 2 premiers kilomètres sont pourtant effectués sur le 39 mais je sens que je force un peu trop. Autant essayer de mouliner...

J'en n'ai pas de la chance à grimper par ce temps magnifique ? A cet instant je pense à Pascal, Isabelle et les autres qui sont sur le RPE et qui risquent d'avoir TRES TRES chaud... En hors d'oeuvre, eux n'ont droit qu'au Ventoux :D Quel Hors d'Oeuvre!!!

L'arrivée sur Molines et Queyras marque la fin de la montée avec une pente supérieure ou égale à 6%

Le calme est pour tout le monde ici...

Il doit me rester 15 kilomètres environ, quand, dans le village, je trouve une nouvelle fontaine. Le niveau de mes bidons ayant sérieusement baissé, je refais le plein.

Ce n'est pas là bas que je vais mais c'est beau quand même.

Cette portion de route est plutôt cool avec des pentes oscillant entre 3 et 5%. Mentalement j'effectue le calcul du dénivelé restant à grimper sur la distance... Diantre je sais que je vais en chier...

Pierre-Grosse marque la fin du replat. Je bifurque sur la D205t. Dans 8 kilomètres, c'est l'Italie... et donc le col, situé à la frontière... Je crois qu'il reste entre 600 et 700 mètres de dénivelé...

Certaines ne se fatiguent pas trop et se contentent de me regarder passer...

Entrée de Fontgillarde : un beau coup de cul à 10% pour aller chercher les 2 fontaines du village où je ne m'arrêterai même pas :D

Les 2000m d'altitude sont déjà dépassé et il n'y a toujours pas de trace de neige sur les côtés...

... mais elle se rapproche.

Je suis chanceux d'avoir ces lieux quasi pour moi tout seul...

Ah non... pas tout à fait tout seul...

Je ne sais pas si c'est la réalité où la fatigue mais j'ai l'impression que ça grimpe de plus en plus.

En fait, c'est peux être les 2 car quand je regarde en dessous... oui ça grimpe ;-)

Pause salutaire pour photographier le ruisseau de montagne.

Vers 2500m d'altitude la neige commence à faire son apparition sur les bas côtés.

Même les marmottes font leur apparition... Et elles ne sont pas sauvages...

Finalement, même si la pente est difficile, l'admiration de la beauté des paysages fait bien passer le temps. Il ne me reste plus que 3 kilomètres. Le pourcentage du prochain kilomètres est grosso modo le même que les 2 suivants... Va falloir encore serrer les dents.

C'est quand on change de direction qu'on s'aperçoit que jusqu'ici le vent était favorable... Car la pente + vent dans la tronche = vitesse très très mini...

Plus je me rapproche du sommet, plus je comprends pourquoi le col n'a été ouvert qu'hier.

Avec la température la neige fond, mais j'imagine que la nuit, il ne doit pas faire très chaud ici...

Point de salut dans ce refuge, le col est encore à 1.5kms

oh l'autre !!!! Il profite de mon arrêt photo pour me doubler :D

Je pense à la miss Brigitte quand je vois ces skieurs qui terminent leur randonnée...

... où ceux ci qui n'en sont pas loin.

Au vu de l'altitude (2650m) il ne reste pas tant de neige que cela... Quand je pense aux copains qui étaient au Galibier la semaine dernière, j'avais une impression de bien plus...

Allez cricri, un dernier effort, la victoire est proche...

Un petit coup d'oeil en dessous pour me confirmer que OUI ça grimpe dur ce col.

Oh!!! Les italiens!!! Poussez vous maintenant de là que je m'y mette aussi :D

Un grand merci à l'Italien (justement) qui m'a proposé de me prendre en photo. 2744m c'est pas rien. Je suis fier d'exhiber mon maillot des CENTS COLS!!!

Je chercher aussi désespérement comment aller chercher le Vieux col d'Agnel. Muletier, il est encore sous la neige... Alors tant pis. Je jette un coup d'oeil côté italien. Il parait que la montée n'est pas facile non plus... Loin de là....

Le dernier kilomètre côté italien...

 

Bon, ce n'est pas que je m'ennuie mais même si le thermomètre du Polar indique 19°C, je pense que le fort vent nous fait ressentir un 13 ou un 14°C. Alors je décide après un dernier coup d'oeil à ce paysage, de rebrousser chemin pour renter à Guillestre. Mon objectif est atteint. Mais plus que ça, j'ai l'impression que même si la montée fût très dure, les kilomètres accumlés depuis le début de l'année se font sentir en bien. Et ça, en haute montagne, il y a longtemps que je n'avais pas ressenti cela... J'espère juste que demain pour l'Izoard, je ne le payerai pas.

Les 23 kilomètres de descente s'effectuent assez vite et j'enlève le coupe vent arrivé à Chateau Queyras.

De nouveau, au retour, je profite de la vue des Gorges du Guil.

Je dois franchier 5 tunnels, de 50 à 500m... Pour les longs, j'ai toujours un peu d'appréhension vis à vis des voitures.

 

Après 4h55 de balade, 84,5km et 1855m de D+, je retrouve ma voiture sur le parking de Carrefourmarket de Guillestre. La température extérieur est de 32°C... Il fait vraiment chaud et j'ai bien fait de grimper ce matin. Si la journée de demain se déroule aussi bien le week-end aura été bien rempli...

Lire la suite