Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Tribulations de Cricri le Cyclo

Articles avec #brm tag

BRM 300 Km de Beaurepaire - Un pélerinage

18 Avril 2010 , Rédigé par Cricri Publié dans #Cyclotourisme, #BRM

Samedi après midi, en discutant avec mon épouse, nous décidons de ne rien faire de particulier ce dimanche. En effet, il lui reste du jardinage à terminer avant de se mettre à la correction de ses copies (le métier de prof n'a pas QUE des avantages...). C'est donc au dernier moment, que je décide donc d'aller participer au BRM 300km de Beaurepaire.

C'est un pélerinage. En effet, le Dimanche 27 Avril 2003, mon président de Club, Bernard Chareyron, me faisait découvrir un brevet longue distance : c'était le 300 de Beaurepaire. C'était le premier... J'y ai pris goût. A titre d'anecdote, voici le récit de cette balade.

7 ans après, les choses ont bien changé. Il est vrai que j'ai un certain nombre de brevets derrière moi, que ce soit des BRM, ou des brevets personnels.

Il n'empêche, 300 kms, cela reste une distance qui est respectable. Jamais je ne me présente en me disant que c'est dans la poche. 

D'autre part, je pars cette fois dans l'optique de rouler tout seul. Ce sera une épreuve si la météo n'est pas avec moi, mais il faut que je me teste réellement.

001.JPG

A 2 heures du matin, je me lève... J'ai tout préparé la veille, et je pars en direction de Beaurepaire dès 2h20. J'arrive à destination vers 3h25. Le départ étant à 4 heures, j'ai un peu de temps devant moi, pour les formalités d'inscription.

En me préparant, je croise Olivier Buisson et sa bande de potes qui vont faire fumer le bitume, tout en restant ensemble.

4h05 : le départ est donné, quelques 5 minutes après l'horaire théorique... Etant prêt et sûr de moi, je ne me stresse pas pour ce petit décalage...

Je pars avec d'autres qui s'échappent rapidement... Je ne cherche pas à les suivre. Je me connais sur un rythme de tracteur diesel... Mais pas autre chose. Alors je roule seul.

Après avoir tourné sur la gauche dans le village de Pajay apparait la première côte. Un chien gueule méchamment à cent mètres devant. Je n'arrive pas à distinguer s'il est chez lui où s'il est sur la route. Alors, je mets pied à terre et attend un second cyclo. Il s'avèrera que le chien était bien chez lui.

Dans la nuit, le temps est un peu frais, même si le Polar indiquera 7°. La sensation de route de nuit est toujours quelque chose de très prenant pour moi. Dire que lors de mon premier 300, je n'avais pas aimé la nuit...

Je traverse la Côte Saint André, village très calme au vu de l'heure...

005.JPG

Je me fais ensuite rattraper par Olivier Buisson, et ses copains. Olivier discute 2 minutes avec moi puis part rejoindre ses potes pour qui il est capitaine de route aujourd'hui...

Après avoir passé le village de Virieu, je rattrape un des cyclos rapides, parti devant moi. Il vient de réparer sa crevaison. Nous arrivons ensemble au contrôle des Abrêts. En réalité, le contrôle se trouve un peu en amont des Abrets, au village de Saint Ondras. Pas de bol pour le cyclo, car son pneu est à nouveau dégonflé.

006.JPG

Il est 6h15 et je repars seul. La nationale 6 est très calme à cette heure. Je traverse la Tour du Pin dans la quiétude la plus totale ainsi que Bourgoin. Je rattrape la route qui mène à Saint Jean de Bournay. La route grimpouille quelque peu jusque vers St Jean de Bournay. Le passage au petit jour du côté de Meyrieu les étangs nous fait cotoyer des pêcheurs qui se sont aussi levés tôt ...

011.JPG

L'avantage du GPS : si besoin il trace la route (mode Trace) et l'indique (mode route).Mais attention, rien ne vaut la bonne feuille de route papier, car des fois, je GPS pète un peu les plombs...

De mon côté, tout va bien : 92 km en 4 heures de brevet, sans forcer. Tant mieux. Je m'arrête dans une boulangerie pour m'acheter des viennoiseries.

En repartant, je vois que le cyclo qui avait crevé mais repassé devant. Sur la D522, je m'aperçois que je reviens sur lui petit à petit. Arrivé à son niveau, je reste quelques moments dans sa roue puis commence à prendre des relais. Nous avançons à bonne allure, mais j'ai l'impression que mes relais sont plus longs que les siens.

012.JPG

Nous pointons ensemble à 9h00 à Vienne. Mais en repartant, il m'indique "que je suis trop costaud pour lui"... et qu'il me laisse partir... C'est bien la première fois que j'entends cela... Et tout à l'heure c'était moi qui était derrière.

Bref, nous repartons quand même ensemble et nous nous séparerons dès la première bosse. La N86 est très monotone. Il nous faut descendre jusqu'à La Voulte. Et il y a 115km et le vent souffle depuis le sud... Même s'il n'est pas très violent, il est vraiment pénalisant.

Pour casser la monotonie, je discute 2 minutes avec le club de St Yorre qui descend dans le sud de la France. Le groupe est bien homogène...

016.JPG

A défaut de le sabrer, je le traverse

017.JPG

J'arrive avec bonheur à Tournon à 11h40. Je décide de m'arrêter déjeuner. Je m'attable donc dans un bar restaurant et commande...

020.JPG

Sauf que comme dans pas mal d'endroits, ils ne servent pas avant midi... Alors je décide de repartir en ayant bu le précieux breuvage. Par chance, il y a le restaurant préféré de Benny à la sortie de Tournon. Gros avantage : c'est rapide. Inconvénient : ce n'est pas très conseillé au cycliste que je suis. Tant pis, j'en ai envie et en plus je n'ai pas emmené de sandwich.

022.JPG

Lorsque je repars, un cyclo du BRM me rattrape. Il a l'air de rouler fort. Il me décramponne rapidement.

023.JPG

Il s'en aperçoit et lève le pied. Le bougre n'est pas fou. Il sait qu'à deux, nous ferons chacun la moitié du travail alors que tout seul ce sera plus compliqué. J'accepte de bonne grâce en sachant que je roule à mon rythme quand je prends les relais. Sauf, qu'il semble qu'aujourd'hui je sois un vrai métronome, car à La Voulte (13h36), après le contrôle où nous buvons un Coca ensemble, il me dit de partir devant. Deux fois en une journée!!! La journée est faste. Promis juré, mis à part un whisky hier à l'apéro, je n'ai pas pris de produit interdit...

025.JPG

Je repars donc seul en direction de Crest. Maintenant, cela va être plus facile, car après les 23km qui nous séparent du prochain contrôle et où nous avons le vent de côté, nous l'aurons dans le dos.

A 14h00, mon compteur indique près de 220 km. Le vent ne m'a donc pas tant ralenti. La route à 2 sur près de 40 kilomètres n'y est pas étrangère non plus.

033.JPG

A 14H46, c'est le pointage à la gare SNCF de Crest, où j'ai l'impression de "réveiller" l'unique personnage de la gare. Je le remercie de son coup de tampon. Maintenant, ce n'est presque que du gâteau.

Avec le vent dans le dos, la vitesse, d'après le relevé Polar a oscillé entre 30 et 45 km/h. La D538 qui remonte n'est pas folichonne. Elle nous permet simplement d'admirer le Vercors sur notre droite.

034.JPG

A Romans, je vois apparaitre les panneaux indiquant la direction de Beaurepaire. Cela va être la plus jolie partie (de jour) du parcours.

Une succession de bosses qui nous amènent à Hauterives en passant par Payrins et Marges.

037.JPG

039.JPG

Je me souviens qu'en 2003, nous avions été très lents dans cette partie. Étonnamment, pour moi ça va pas mal. Je choisis les braquets de sorte à pouvoir mouliner sans jamais forcer.

040.JPG 

Arrivé à Hauterives, il reste une bosse de 3 kilomètres en direction de Lens-Lestang. Mon cardio atteindra le chiffre "astronomique" de 154 (max de la sortie), moi qui monte parfois à plus de 170. En haut de la bosse, il n'y a plus qu'à se laisser descendre. Un coup d'oeil sur la montre m'indique que je peux descendre en dessous des 14 heures symboliques... Alors j'appuie un peu. Ma carte est pointée à 17h50, soit un temps officiel de 13h50... C'est juste pour le fun, car l'important est d'arriver au bout.

J'apprends que sur les 38 participants, 22 ne sont pas encore arrivés... 3° étonnement de la journée.. Mais bon j'ai deux satisfactions :

  • avoir pu rouler quelques centaines de mètres avec Olivier Buisson, 
  • avoir terminé le brevet tout seul comme un grand...

A titre d'anecdote, je viens de comparer mes temps de passage : il n'y a pas à dire, grâce à l'ATSCAF j'ai vraiment progressé :

  • CTRL 1 : KM 051 : LES ABRETS pointage à 6h55 en 2003, 6h15 en 2010 (on était aussi parti à 4h30, cette année 4h05)
  • CTRL 2 : KM 115 : VIENNE (pas d'heure de pointage en 2003), 9h00 en 2010
  • CTRL 3 : KM 211 : LA VOULTE pointage à 15h15 en 2003, mais 13h36 en 2010 (1h40 de gagnée sur 211 km)
  • CTRL 4 : KM 234 : CREST pontage à 16h35 en 2003, mais 14h45 en 2010 (1h50 de gagnée sur 234km)
  • ARRIVEE : KM 314 : Pointage à 20h30 en 2003, mais 17h50 en 2010 (2h50 de gagnée en 314km)... et près de 4 heures pour les 80 derniers kms en 2003 contre 3h05 cette année, mais il est vrai que sur cette partie, le vent soufflait au sud cette année et donc était favorable :D

Comme d'habitude cette année, petite photo souvenir de ma carte de route...

041.JPG

Je clôture ainsi une semaine de dimanche à dimanche où en 3 sorties, j'ai accumulé 850kms et 7711m de dénivelé...

Voici le parcours effectué

20100418-Trace.jpg

et le profil

20100418-Profil.jpg

Lire la suite
<< < 10 20 30 40 41 42 > >>